Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Spider-man : Far from home
Budget = 160 M$
BOX OFFICE France = 7 625 / 453 503 - 1 370 000 - (3 226 000) entrées
BOX OFFICE USA = 92,6 (185,1) / (390,5) M$
BOX OFFICE Monde = (1 131,8) M$
 

Si Homecoming en prenait clairement le chemin, ce Far from Home se jette à corps perdu dans la teen comedy, genre auquel il emprunte quasiment tous les codes : les personnages adolescents (le pote un peu gras, la belle inaccessible, le concurrent musclé, les profs totalement nazes...), les nombreuses situations (le voyage est une récurrence du genre, mais tant d'autres se rangent dans le même catalogue...), un humour pas très recherché et pour le moins convenu, une évidente love story. Et le film s'en trouve empli de scènes qui semblent avoir déjà été écrites ; et d'autant plus vues.
Car la grande faiblesse de ce nouveau Spidey est assurément son scénario : j'en veux pour preuve ce twist forcé et tout à la fois expédié pour éviter au spectateurs de voir les plaies béantes d'une écriture chaotique. Spoiler : Mysterio est un méchant !! Chaotique ? C'est en réalité un film de série qui aurait très bien pu n'être qu'un Spiderman 5 ou 6 : écrit à la truelle, il rate surtout le coche pour Mysterio... Remember le Mandarin...
Car non seulement on ne saura pas grand chose de ce Q. Beck, d'où une flagrante impossibilité à s'identifier un minimum au personnage (le minimum : son passé ? D'où viennent les moyens mis à sa disposition ?), mais son traitement me fait grandement tiquer. Si le côté "réaliste" est un choix judicieux effectué par Marvel depuis le début du MCU, encore faut-il pouvoir le placer intelligement dans cet univers fantasmagorique : et justement, ici le film se tortille comme il peut, à la limite du ridicule -même lorsque cela est désamorcé par Fury- pour créer un bad guy, le rendre crédible et le justifier un tant soit peu. Si le réel / l'irréel offrent de jolies séquences (Marvel zombie !), les coutures scénaristiques plient une fois de plus à cause de leur manque de subtililités -hors mis les exceptions qui confirment la règle-, et le film avance avec de gros sabots, sans grands enjeux, avec de mineures retournements de situations qui ne cachent pas l'indigence et la fragilité de l'entreprise.
Far from Home se résumera donc à un festival de SPFX (Thanks to ILM, WETA et Cie), d'ailleurs 75 % du générique leurs sont assignés, mais deviendra vite très pesant entre les scènes d'action, surtout avec cette réalisation particulièrement ennuyeuse de Watts
L'ultime clin d'oeil (à la saga de Raimi) ne sauvera en rien une scéne post-générique pour le moins incongrue et ce qui restera le plus mauvais des 7 / 8 films.

NOTE : 9-10 / 20

La critique des internautes
 

Spiderman Far From Home est le nouveau film de Jon Wats qui vient clôturer la phase 3 du MCU apres les événements de Avengers Endgame. On suit les nouvelles aventures de Spiderman qui vont nous mener en Europe et au cours desquelles il va devoir y affronter un adversaire plus redoutable que prévu. La mise en scène de Jon Watts est bien rythmée entre scènes d'action et de combats spectaculaires ; effets spéciaux vintage ; rebondissement et romance adolescente. Le scénario est solide à défaut d'être brillant et distille nombre d'informations sans temps morts. On en prend ainsi plein la vue (la scène de combat entre Peter et Mysterio dans la dimension illusionnelle) et les scènes d'action sont mieux réalisées que pour Homecoming. La psychologie des personnages principaux est mieux développée que celles des personnages secondaires notamment Nick Fury et Happy qui ont un peu de mal à exister au cours du film. A ce sujet Peter est tiraillé entre son désir de vivre sa vie d'adolescent et le fait qu'il ait été choisi par Toni Stark pour un être son héritier dans le monde des super héros. Niveau casting on retrouve Tom Holland en Spiderman adolescent plus concerné et marqué par les événements de Endgame accompagné des lycéens Zendaya en MJ et Ned son fidèle acolyte geek ; Jake Gylenhaal en Mysterio, maître de l'illusion, nouveau venu mais néanmoins convaincant dans l'écurie Marvel. Au final Far from home est un blockbuster divertissant avec une bonne dose d'humour et d'action.


NOTE : 15 / 20

John MEYER