Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Batman V Superman : L'aube de la justice

Zack SNYDER
(6-7)

La note dénote une forte déception que je vais essayer d'analyser dans cette critique : la première réponse que je peux faire est qu'il ne s'agit pas, mais alors pas du tout, du film auquel je m'attendais (précision utile : je ne connais rien à l'univers DC). Je voyais dans ce film une histoire de Super-héros trop puissant et outre-passant son rôle de protecteur, prenant la grosse tête et du coup se prenant pour Dieu... en tous cas pour un dieu. Sans vouloir faire de comparaisons mal à propos, la thématique globale et causale de ce film est plus ou moins la même que celle du futur "Civil war" de chez Marvel : un abus de pouvoir qui a pour conséquences de graves et dramatiques dommages collatéraux. Sauf que l'écurie Marvel a laissé deux films (voir plus) gonfler le propos afin de l'ancrer dans le récit, celui qui débute dans Captain America 3 et se poursuivra dans les deux prochains Avengers. Dans Batman V Superman tout ceci est condensé en l'espace de 3-4 minutes (sic !) abscons, purement visuelles et dont on a du mal, mais alors vraiment beaucoup de mal, à laisser le pauvre Superman en assumer les conséquences. Superman reste Superman pour le spectateur, pour moi : un être fondamentalement bon, voir angélique. Rien à faire. A partir de là le film va montrer sa grande faiblesse : une écriture scénaristique sans relief, voir carrément ratée. Pourtant la toute 1ère scène laissait envisager le meilleur (le clin d'oeil à Zorro). Cette 1ère moitié n'est qu'un méli-mélo de dialogues pesants, de situations qui tournent autour du pot puisque l'on sait déjà où elles nous emmènent et surtout d'un scénario qui a toute les peines du monde à convaincre ; et il échoue cruellement. Manque de substance, de consistance, de détails probants et même d'émotion. De plus le film accumule nombre de scories qui me laissent perplexe et dont voici les plus importantes : l'infiltration de Bruce Wayne chez Lex Luthor tient à peine d'une scène d'un James Bond des années 60 ; la scène de capture de Batman arrive comme un cheveu sur la soupe (une ellipse ratée ?) et par un combat parfaitement balourd (les soldats qui attendent patiemment que la chauve-souris leur mette une baffe) ; de même le combat final et tant attendu est mis à mal par deux choses qui me gênent tout particulièrement : tout d'abord que Superman n'ai pas eu l'idée d'emmener Loïs pour convaincre Batman et ainsi gagner de très précieuses minutes pour sauver sa propre mère (mais ça...) et enfin que Batman ait placé le fameux "bâton" exactement à l'emplacement où Superman tombe après une très longue bataille, bataille qu'aucun des deux ne semblent cependant maîtriser. Des détails ? Non : car il y en a trop pour les faire entrer dans cette catégorie, et certains tiennent même à la structure du récit. Et puis il y a cette espèce de jokerisation de Lex Luthor, devenu plus bouffon que psychotique calculateur, surjoué par le pourtant très bon J. Eisenberg. Voilà techniquement ce qui m'a posé problème. Mais il y a également quelque chose de plus personnel ; deux choses plus précisément. Je l'avoue une nouvelle fois, je n'ai jamais été en phase avec Superman -que Snyder avait pourtant brillamment dépoussiéré, pour ne pas dire ressuscité dans Man of steel- mais une fois de plus le monsieur prouve que, scénaristiquement parlant, les intrigues ne peuvent QUE passer par ses deux points faibles : sa famille et la trop fameuse kryptonite. Et je continuerai de trouver ce personnage, presque invincible, extrêmement fade. Il y a ensuite le manque de profondeur du film, chose à laquelle, je le répète, ne m'attendais pas au vu de la bande annonce : Superman est effacé comme l'est le discours sous-jacent sur la thématique religieuse, la toute-puissance divine, discours étrangement laissé dans la bouche de Lex Luthor et non pas dans celle de l'ange noir qu'est Batman. Le film aurait pu aller beaucoup plus loin, tellement plus loin sur ce sujet : mais était-ce le sujet avoué du film ? Peut-être ne suis-pas pas objectif dans le mesure où je rentrais dans la salle avec une espèce de préjugé intellectuel ? Peut-être...Mais tout n'est pourtant pas mauvais : Affleck m'a personnellement convaincu en Batman. La mise en commun des talents de H. Zimmer et Junkie XL -les deux plus grands compositeurs actuels- s'avère très payant. Snyder n'est pas mauvais derrière la caméra, même s'il ne rend pas la meilleure des copies : une fois encore mettre en image un scénario aussi chaotique tenait de la gageure, et la 1ère moitié est un échec littéral. Et puis je commence à être usé par ce trop-plein d'effets spéciaux, surenchère parfois douteuse qui détourne l'intérêt des spectateurs, n'étonne plus personne et pèse sur le récit. Trop déçu...

 

La critique des internautes
 

Ce qui est intéressant avec ce film c'est qu'il exalte les passions et qu'après lecture d'un certain nombre de critique, soit on adore soit on déteste.
Je vais revenir un peu en arrière et sur quelques éléments extérieurs. J'ai attendu ce film avec beaucoup d'impatience depuis son lancement il y a près de trois ans. Dans les derniers mois avant sa sortie, la promotion a commencé à me faire peur et les premiers retours dans les 10 derniers jours avant la sortie me laissaient perplexe. Les premières critiques presse m'ont fortement surpris et je me suis interrogé sur leur objectivité dans un cinéma aujourd'hui dominé par Marvel/Disney depuis près de 8 ans.
En effet à leur lecture, j'avais le sentiment qu'il n'y avait qu'un univers de super héros de possible à l'écran, celui des héros pop et fun de Marvel. Qu'un univers sombre n'avait pas sa place et que le succès surprise de Deadpool devait imposer une nouvelle vision du superhéroisme. Et cette vision est bien dommage. En effet, il est justement très intéressant d'avoir différents univers à l'écran : fun et cool pour Marvel et sombre et sérieux pour Dc Comics. Les deux peuvent pleinement coexister. J'aime autant l'un que l'autre. Egalement, la question de l'objectivité des critiques peut-être posée. On nous a présenté le dernier Star Wars comme quasiment le meilleur film de ces dernières années, certes le film est très bien et je l'ai apprécié mais avec un peu d’honnêteté il y a beaucoup mieux. C'est comme le dernier Avengers. On peut se demander, si certain n'ont pas descendu ce film rien que par principe, sans même l'avoir vu.
Revenons au film, il n'est pas parfait bien sûr mais très intéressant dans l'arrivé de ce nouvel univers intégré. Je précise avoir vu le film deux fois : VF en 3D et VO en numérique.
La scène d'introduction est juste superbement bien filmée avec l’assassinat des parents de Bruce avec un très beau morceau de HZ et Junkie XL. Et la vision des chauve sourie est très intéressante dans l'image qu'elle renvoie. La perception de Superman par Bruce est très "11 septembriene" et offre une très belle scène. Ce que j'ai trouvé intéressant c'est la construction de l'histoire en parallèle de chaque côté : Batman/Bruce et Superman/Clark. On a critiqué Man Of Steel pour n'être qu'une suite de scène d'action et de combat et là nous devons attendre 1h45 sans longueur pour que le combat entre les deux Super Héros interviennent. Nous le savions d'avance qu'il n'y aurait pas de gagnant (Justice League) et c'est cela qui est intéressant : comment ils ont été manipulé et comment ils vont se relever ensemble avec ce belle hommage aux Martha/Mère.
L'intégration de WW est totalement crédible même si son temps d'écran est court mais avec un thème musical très rock. Ce Lex a un côté très schizophrène et bien joué (on sent toute les nuances en VO). Batman est superbement interprété par Ben Affleck : violent, âpre, viril, sans concession. Et Alfred tout bonnement irrésistible (qualité en VO) et apporte une dose d'humour très cynique (à la différence de MArvel). La fin de Man Of Steel pouvait manquer de lisibilité dans les combats, on sent beaucoup de travail sur ce sujet ici.
Le fait de finir sur (spoïler) un cercueil noire gravé d'un S en argent ouvre de belle perspective pour la suite : comment Bruce rassemblera la Justice League et comment reviendra Superman.
Un regret, trop de scène coupé : une version de 3h/3h20 aurait été très intéressante et aurait donné plus de fluidité et ceux étant étranger à l'univers DC mieux intégrer. Plus on déteste ce film et plus je l'apprécie. Ce qui est intéressant à l'orée de la sortie de Civil War, les premières critiques sont dithyrambiques et on le compare à BvS.
Vivement le version Director's Cut et Justice League.

NOTE : 16,5 / 20

Matthieu