Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Captain Marvel
Anna BODEN - Ryan FLECK
Budget = 152 M$
BOX OFFICE France = 5 380 / 212 199 / 1 255 000 - (3 305 000) entrées
BOX OFFICE USA = 153,4 / (426,5) M$
BOX OFFICE Monde = (1 128,1) M$
 

Yes : Thank you Stan.
Commençons avec le point noir du film : donner un aussi immense projet à des techniciens, sans nul doute aguerris, mais qui ne sont en rien des artistes ayant déjà fait leur preuve. Cela a pu réussir à Marvel par le passé (Black panther), mais cette fois on n'est pas loin de l'hécatombe visuelle : leur réalisation est totalement assujettie, sous le seul contrôle des FX, ce qui l'a rend soit illisible, soit indigne d'un film estampillé par une firme produisant des oeuvres dont les combats sont le nerf de la guerre (le 1er combat à main nu est abominablement fade !).
S'affranchir du comics est en soit, non seulement louable, mais salutaire dans la mesure où ils sont mondialement connus : mais je ne supporte pas cette espèce de non déférence à la BD d'origine, dans le seul et unique but de se plier au MCU et au fil conducteur de ses premières phases ; ici on sent que le film se tortille et il ne nous happe jamais complétement. Pourtant à la base c'est un origin movie vraiment original, qui nous emmène vers quelque chose de différent, supporté par des flashbacks et une recherche identitaire qui aurait pu ouvrir sur... tout autre chose. Car le problème c'est que l'on apprend jamais rien de plus que ce que l'on entrevoyait dès le départ, que le film ne parait pas servir à grand chose finalement que présenter un peu simplement une héroïne et des balbutiements d'Avengers (Comment le SHIELD a pu acquérir le Tesseract ? Comment Fury et Marvel ont-ils fait connaissance ? Comment a commencé cette guerre ?). On n'est jamais surpris -retournement de situation compris-, et les enjeux sont bien trop vite pliés ; à une heure de la fin du film il ne reste à la super héroïne qu'à mettre une grosse fessée aux méchants. Point barre. C'est une bonne histoire servie par un scénario extrêmement léger : j'en veux pour preuve ultime la libération de la Captain, aussi grossière que bien trop facile (pour faire simple : elle appuie sur le bouton ; aucune psychologie derrière ce processus), et la toute puissance de cette super-héroïne va alors tuer un peu le film. Tellement puissante que, autant son combat contre Thanos me fait dès lors saliver, autant pour la suite du MCU elle risque de devenir le "Superman" de l'écurie Marvel ; et par la même leur kryptonite. Mais nous n'en sommes pas là.
J'évoquais une espèce de devoir de déférence pas assez présent dans le film : son point culminant est atteint avec le traitement scénaristique des Skrulls. (SPOILER) Les dénaturer ne me gêne pas en soit, au contraire puisqu'ils sont ainsi moins manichéens, mais en faire des amuseurs grotesques c'est un peu, pour le fan que je suis, comme transformer Dark Vader en nounou et Cruella en présidente de la SPA ! Difficile alors de verser une larme sur leur diaspora et d'être ému de leur sort. (SPOILER)
Abordons deux derniers points avant les "clins d'oeil" : l'aspect gentillement féministe du film, replaçant la gente féminine au centre de l'univers (des univers) plutôt que militant avec ardeur : il aurait fallu d'autres scènes aussi osées que celle où Carol traîne le pauvre mâle, non pas par les cheveux comme le veut la tradition, mais par le bras, en écho aux regards préhistoriques de certains misogynes. Saluons enfin l'enveloppe digne du budget : effets impeccables, décors ad hoc pour une oeuvre agréable à regarder mais jamais profonde et mal supporter.
Le clin d'oeil très personnel à Kevin Smith (Mallrats) est un juste retour des choses vu le statut du monsieur aux USA. Mais, si je ne tiquerai pas sur les origines du nom "Avengers" (la Guêpe ayant rejoint la troupe tardivement), les origines du bandeau de Fury sont (volontairement) ridicules et abaisse bien bas ce grand nom. WTF.

NOTE : 10-11 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-