Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Kong : Skull Island
Jordan VOGT-ROBERTS
Budget = 185 M$
BOX OFFICE France = 2 044 / 78 257 - 626 000 - 3 593 000 entrées
BOX OFFICE USA = 61,0 / - M$
BOX OFFICE Monde = (-) M$
 

Amateur de série B décomplexées, soyez les bienvenus. Les séries B ayant été mises sur la sellettes depuis des années, quelques malins producteurs hollywoodiens en reprennent les rênes, mais avec des budgets tellement plus conséquents. Série B ? Oui ! Mixtape improbable entre Aliens et un Jurassic Park, le film s'en approprie tous les codes, jusqu'au dernier. On commence par recruter illico presto la team qui fera le sâle boulot, parmi laquelle on retrouvera l'inévitable scientifique un peu dingue qui a forcément quelque chose à cacher, l'aventurier au grand coeur, la belle qui sera sauver par la main de Kong à un moment de l'histoire, pour un clin d'oeil trè appuyé, quelques figurants bien vite esquissés pour faire de la bonne chair à canon, et surtout des militaires tellement caricaturaux, avec à leur tête un Sam Jackson qui en fait des caisses... mais dont je ne me lasse pas. On n'oublie pas le scénario qui file en ligne droite et ne se réinvente jamais, quelques coups de bambous bien assénés (le poulpe géant vivant dans un si petit lac...) et un timing aléatoire, ainsi que de l'action quasi non-stop. Mais voilà : le truc fonctionne comme une oeuvre pour nostalgiques, nostalgiques de ces vieilles série B et de films de monstres au premier degré (Mr Corman, on vous salue); et festival de bestioles en tout genre il y a, pour tous les goûts, jusqu'à un affrontement final titanesque et ébouriffant, jouissif au possible. D'ailleurs la scène où Kong détruit les hélicos donne le "la" : et le réalisateur s'avère plus malin que la moyenne, glissant sa vision propre des combats, mettant même sa griffe dans les scènes plus posées (la manière de cadrer les visages de Hiddleston / Larson dans le hangar à bombes) ; il nous offre sur un plateau une scène de combat filmée in vivo à l'aide de plans assez longs et plutôt chiadés qui s'avère être un vrai délice pour les yeux. C'est vrai que l'on ne va pas traiter en profondeur le thème principal du film, simplement l'évoquer comme je le ferai : Kong est la représentation suprême de Mère-Nature, celle qui régule la faune ; si les hommes s'en viennent à la perturber et mettre en danger tout l'écosystème, celle-ci se rebelle contre lui. Et les FX sont gigantesques et particulièrement bien employés, avec quelques propensions discrètes à une violence purement graphique (le crâne du soldat disparu, à peine digéré !). Un pur plaisir coupable pour ma part et pour tout amateurs de films décérébrés mais assumés : Hollywood a grand mal à nous en proposer sans se prendre au sérieux où jouer de la punchline pour vendre sa daube...

NOTE : 12 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-