Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Godzilla

Inoshiro HONDA
(13-14)

Ce film date de 1954, alors ne soyons pas trop regardant concernant les effets qui, par ailleurs, deviendront la marque de fabrique de tous les "Godzilla" nippons. La créature autant que les maquettes et pas plus que les images d'incendies urbains ne font illusion : mais ils participent pour beaucoup à la magie innocente et intemporelle de ce petit chef-d'oeuvre du cinéma fantastique. Car Honda y met les formes et livre un travail impeccable aux travers de plans magnifiques pour ce qui sera le tout premier Kaigu eije de l'histoire. Le mystère de ce monstre y est bien amené, la voix off apporte solennité même si le scénario peut paraître un peu chiche et le récit haché ; cependant, derrière cette ligne directrice, le film multiplie les points de vue, une intrigue secondaire, de même que la love story, en font une oeuvre tout à fait moderne. On y trouve un beau suspens, depuis l'introduction du monstre en grande pompe, et le film se permet de poser toutes les bases de tout un pan du cinéma moderne (films de monstres ou même d'invasion E.T. compris ; la fameuse confrontation scientifiques / militaires en est un parfait exemple) et se pose en digne héritier de son prédecesseur : King Kong. Sauf qu'ici le propos est bien plus politique et idéologique que chez son confrère américain (la menace nucléaire suite au traumatisme d'Hiroshima, la toute puissance et l'invincibilité de la nature).