Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Vendredi 13

Marcus NISPEL
(6-7)

Révélant le twist du film originel (la mère a massacré les ados) et prenant le contrepied du film (Jason est, donc, déjà le tueur), ce remake sentait le reboot véritable et intelligent, même si on ne savait trop où il allait nous mener. En fait il se pose plus comme un faux numéro 2... Durant 20 minutes le scénariste s'amuse à jouer la tradition : celle des adolescents baiseurs et fumeurs de joints, celle des ados qui s'éloignent du groupe pour mieux se faire pourfendre, celle des meurtres assez imaginatifs et tout autant répétitifs, celle de la musique basique mais plutôt efficace... si elle était mieux mise en avant. 20 mn ! Alors on s'imagine qu'après cela le scénariste en question va mettre un grand coup de pompe dans la saga, détruire le mythe pour mieux le reconstruire (rebooter, quoi !) vu les gags très fins du black. Ben non : il y a bien de nombreuses références aux 10 autres films (la fille dans laquelle Jason revoit sa mère, le final, certains meurtres classiques du genre qui nous rappelle T. Savini...etc), mais nous sommes bien dans un film d'horreur où il faut à tout prix éviter de réfléchir sans quoi on évite toute peur, toute surprise, toute origininalité. C'est avant tout un film pour les fans, guère passionnant pour les autres, qui en restera aux fondamentaux et qui, au final, aura détruit la seule et unique originalité de la saga sans ne jamais oser aller renouveller celle-ci : un faux numéro 2 qui fait de Jason une star bien trop tôt. Même la fin faussement consensuelle est agaçante...