Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Halloween

Rob ZOMBIE
(13-14)

Halloween 0. Michael a grandi dans une famille où tout le monde gueule, s'injurie, dans une atmosphère de violence sous-jacente, de non-travail ; c'est un enfant blessé dans son fort intérieur, rabaissé, psychologiquement abandonné et jamais valorisé ; il se cachait déjà sous un masque pour ne pas être confronté à la réalité... Une famille qui ressemble sans doute beaucoup à nombre d'entre autres issues du prolétariat. Musique... Avec un casting de "gueules de cinéma" (Dourif, McDowell ou Kier), Rob reprend le mythe sans complaisance aucune, sans faire l'impasse sur l'enfance de Myers : au contraire : cette partie est bien développée, l'enfant-tueur est une bête, un monstre qui massacrera sa famille froidement, méthodiquement et sans pitié aucune... ou presque ; l'innocence d'un bébé encore non atteint par la société qui l'entoure et sans doute encore "victime". Le réalisateur-scénariste est plus cru que ses confrères, plus sexué, pas à pas, pierre par pierre, il construit les fondements d'un mythe totalement crédible et presque émouvant -en tous les cas rendu humain- par delà sa folie meurtrière (on excuserait presque le meurtre des violeurs...). Myers cherche seulement à détruire ce qui l'a déjà détruit. Dommage que la seconde moitié du film suit un certain rythme de croisière, bien que porté à bout de bras par une réalisation au scalpel. Un film intense et hystérique. Beaux clins d'oeil à Carpenter.