Entre ceux qui détestent parce que c’est énAUrme et ceux qui adorent pour exactement les mêmes raisons, je suis là et je n’aime… tout simplement pas.
Certes, l’esprit de la série est là (gadgets bondiens et situations exagérées), il est même trop présent, une petite relecture aurait été certainement bénéfique. Certes, on s’avère surpris par le passage de relais entre les héros (après plus de 100 épisodes Jim passe chez les salauds !). Mais l’histoire, sortie de là, ne possède aucune accroche, rien pour retenir notre attention entre un rebondissement et deux explosions (surprenant chez un De palma qui avoue "sortir des salles de projo après 10 mns car presque tous les films actuels sont ennuyeux…"). Mais le plus grave n’est pas là : regardez plutôt cette réalisation impersonnelle et fade, ces plans-plans, ces séparations rebutantes qui nous empêchent de rentrer dans le film ; où est le De Palma de « Phantom… », « L’impasse » et d’une bonne dizaine de merveilles visuelles ? De même pour le génie de la BO (Danny Elfman) que l’on avait l’habitude de reconnaître dès les 2 premières notes (Cf. Batman et les simpsons). Ici, rien, le vide, c’est informel, plat, parfois franchement mauvais car bêtement fonctionnel.
Ces deux artistes de renom ont signé ici leur plus mauvaise œuvre… pardonnons-leur et attendons la suite optimistiquement. Oublions ce mamouth hollywoodien et attendons le boulot de Woo sur la séquelle. Ben oui : on est maso !