Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Tomb raider
Roar UTHAUG
Budget = 94 M$
BOX OFFICE France = 1 476 / 58 042 - 668 000 * - (1 263 000) entrées
BOX OFFICE USA = 23,6 / (57,4) M$
BOX OFFICE Monde = (273,5) M$
 

Lara, la pilleuse de tombe, a-t-elle enfin trouvé une adaptation à sa digne mesure ? Non : Lara Soft a encore sévi...
Il y a bien les prémisses pour nous présenter l'intrigue -savoureuse- et également les capacités physiques de l'héroïne ; même si c'est loin de laisser justifier ses exploits à venir. Et puis on embraie sur un film puzzle, ultra classique, efficace dans un court premier temps mais fragile, très, très fragile : à cause de ses dialogues formatés, de ses personnages secondaires translucides et, justement, d'un classicisme général lourdingue et qui peine à surprendre ; jusqu'au méchant mercenaire et à tous les sentiers qu'empruntent cette aventure et sa trame. Oui : on aura droit aux scènes de la chute d'eau, du sol qui s'effondre sous les pieds des héros, du sacrifice et de tant d'autres. Aucun brin d'imagination ne viendra égayer à un quelconque moment cette adjonction de scènes aventureuses très mal pesées pour la plupart ; aucune envie de faire rêver le spectateur, de l'embarquer fermement et finement dans le monde de Lara, celui qu'il maîtrisait, assis derrière sa console. Sans pour autant mettre en cause l'immense talent de la toute jeune A. Vikander, Lara s'avère être une héroïne sans charisme, pas assez badass, et son traitement sans nuance, sans violence, plat, la rend inintéressante. Impossible de croire en cette livreuse de "pizzas" plongée dans la jungle et survivant, forcer à jouer de l'arc comme si elle s'y entraînait tous les jours, à tuer des méchants sans tiquer une seconde.
Ce sera finalement un film-catalogue à la progression extrêmement pauvre et beaucoup trop facile, une série B sans les charmes d'un film d'aventure à l'ancienne, sans solidité aucune et avec pas mal de moments qui laisse pantois (les bad guys s'amusent à longueur de journée avec la dynamyte : sauf quand il s'agit d'ouvrir une porte à code...). Une œuvre qui rend un hommage maladroit aux erzats de Indiana Jones plutôt qu'au maître lui-même. Tous reste encore à faire... si c'est possible ?

NOTE : 5 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-

* Film sorti durant le Printemps du cinéma