Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Shining

Stanley KUBRICK
(19-20)

Tout d’abord je crois qu’il est clair que si Kubrick s’est servi du roman de King uniquement en tant que matière première (déjà bien évocatrice) c’est tout à son honneur. Et puis Kubrick a su en retiré quelques chose de plus profond, restant maître et seul maître de son sujet : c’est SA vision. La réussite du scénario, sa subtilité dans la description des personnages et de la folie, les séquences oniriques, l’épouvante, en incombe pour une grande part au Maître. Crédibilité des images, peur à haute dose d’adrénaline, ambiance glauque et terrifiante… tout est agencé au millimètre près afin d’hypnotiser le spectateur, le libérer de son incrédulité naturelle et le prendre à la gorge. Une réussite incontestable. Secondo, l’histoire tient la route parce que Kubrick a su la magnifier par ses images et son habileté à rendre un récit aussi vivant. Inoubliable transition entre le labyrinthe et sa maquette, inoubliable gosse sur son tricycle déboulant dans des couloirs vides et interminables, inoubliable poursuite finale, inoubliable image du flot de sang vomit par l’ascenseur. Les scènes d'anthologie sont légion. Une utilisation de la steadycam qui fera de nombreux émules et d’où découle une maîtrise de l’espace totale et réappropriée pour un film de genre qui ne ressemble à aucun autre. Enfin, n’oublions pas quand même cet acteur homérique qu’est Nicholson : qui d’autre aurait pu nous donner une interprétation de la folie aussi vivace et hallucinée ? Il tient une bonne partie du film sur ses épaules. Autant que cette musique omniprésente, oppressante, épaisse comme l'atmosphère. Et cette fin abyssale, traumatique grâce à laquelle on finit d'emmener le film, un peu plus, longtemps après sa vision. Après avoir vu « Simetierre » on se demande pourquoi il existe tant de mauvaises adaptations de King.

 

La critique des internautes
 
Sortie en 1980 cette adaptation du best-seller de Stephen King par le gigantesque Stanley Kubrick fut décrié par King lui-même parlant même de la pire adaptation d’un de ses bouquins et esquinté par la critique à sa sortie , injustice totale pour un film aujourd’hui considéré pour ce qu’il est à savoir un chef d’œuvre et une date dans l’histoire du cinéma fantastique. En effet à défaut d’être ne serait-ce qu’une bonne adaptation de l’univers de Stephen King (je ne peux me prononcer n’ayant lu le bouquin) , Shining est indéniablement le meilleur film tiré d’un de ses romans et peu importe sa fidélité ou non avec l’œuvre d’origine.
Des moments cultes Shining en regorge des long travelling de Danny en tricycle dans les couloirs de l’hôtel , la vague de sang qui éclate devant l’ascenseur , les fantômes des morts de Mr Grady en 1970 , quand Jack Torrance attaque à la hache sa chambre d’hôtel ou encore la poursuite dans le labyrinthe enneigé…La mise en scène ample , majestueuse et virtuose crée une atmosphère si particulière , le décor de l’hôtel Overlook est d’une cinégénie incroyable et ses moindres recoins restent gravés dans la mémoire du spectateur , la Bande Originale à la fois brillante et atypique dans ses thèmes mélangeant différents styles , Kubrick fait naitre une vraie terreur et angoisse en confrontant le concept de la maison hantée à ceux de la perception extrasensorielle de Danny et la folie de Jack avec la complicité d’un Jack Nicholson dans l’un de ses meilleurs rôles habitant totalement son personnage jusqu’à la démence , ses mimiques et expressions marquent indéfiniment et hantent à jamais.Aussi dans son approche narrative Kubrick a choisit de décrire la folie grandissante de Jack sous la forme d’une épidémie qui se propage et le découpage sous forme d’ellipses s’avère brillant et nécessaire.
Mais en plus de cela Shining est un film d’une richesse thématique inouïe : les dysfonctionnements de la famille qui mènent à la folie et au meurtre , la créativité inassouvie , ou d’autres moins évidentes mais tout aussi acceptables telles une parabole sur la télévision…Quand à la fin elle est un peu à l’image du film elle propose un matériau très riche sans donner forcément des réponses et proposer au spectateur un vrai travail de réflexion permettant de savourer davantage encore les qualité énormes et nombreuses du film.
Un chef d’œuvre à voir absolument.


NOTE : 19,5/20

UNKUT