Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Massacre à la tronçonneuse

Marcus NISPEL
(13-14)

Hooper est un grand metteur en scène de docu (si, si...) mais un piètre réalisateur de film (il n'en a pas fait qu'un ?) ; Nispel est un grand video-clippeur et un réalisateur au grand sens de l'image qui frôle le second degré (la caméra qui passe par le trou de la tête fait plus penser au grand-guignol qu'à l'épouvante viscérale). Mais son film sent la chaleur texane (un petit peu), la sueur, le sang (pas tant que ça) et la crasse (surtout la crasse...). Pas si clean que ça le remake : avec sa photo façon claire-obscure mais à l'image moins granuleuse que l'original, le scénario qui nous offre une relecture évitant tout ennui, exactement entre MALT 1 et MALT 2 ; à peine plus gore que suggestif mais bien moins con que le slasher de base, un rien complaisant. Les personnages typiquement tarés et dégénérés participe parfaitement à cette atmosphère assez glauque et rien ne nous sera épargné : l'horreur psychologique (le gamin volé), la douleur (la scène du esse de boucher revue et corrigée...) et quelques scènes extrèmes. Les rejettés de l'Amérique se rebellent... un peu poussivement quand même.