Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Incassable

M. Night SHYAMALAN
(13-14)

Notre éventuelle déception est certainement due à l’inévitable comparaison avec le « Sixième sens » ; incomparable. La seconde est peut-être due à l’écriture un peu cafouilleuse, pleines d’heureuses coïncidences qui font avancer le film et de scènes sur lesquelles on parvient à anticiper. Le scénario est sans doute un peu trop descriptif et l'intrigue sous-jacente le rend un peu long. Par contre le concept est alléchant : le premier super-héros réaliste du cinéma ! C’est une œuvre fantastico-réaliste qui s’évade dans des thèses un peu fantaisistes et, en fait c’est un film d’aspect grand public qui développe une thèse universitaire (les représentations et rôles respectifs du bien et du mal dans l’art pictural) ; il n’y a d'ailleurs rien d’hollywoodien dans le placement de la caméra (cf. la première scène en faux plan-séquence cachée derrière un siège), le sujet et l’intrigue. La réalisation y est par ailleurs fascinante, intelligente et inventive tout au long de l'oeuvre. Un avantage qui, couplé à la photo (grisâtre et piquée), à cette histoire d'amour touchante, donne une oeuvre qui sort vraiment du lot, malgré ses imperfections.