Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Godzilla 2 - Roi des monstres
Michael DOUGHERTY
Budget = 170 M$
BOX OFFICE France = 1 291 / 62 242 - 343 000 - (668 000) entrées
BOX OFFICE USA = 47,8 / (110,5) M$
BOX OFFICE Monde = 385,9 M$
 

Toast grillés, scientifiques jouant avec de méga-monstres, méchants de série TV (Eh, eh!) et appareils de sciences bien pratiques pour les scénaristes en manque d'inspiration : voilà lancée une série B à 170 patates !
Depuis ses personnages miteux jusqu'aux motivations balourdes des mercenaires et les théories fumeuses de l'héroïne (copiant Thanos et Black Superman), en passant par un scénario à la petite semaine qui provoque l'ennui à force de facilités béates, ce film n'a rien de vraiment intéressant ni de nouveau à nous proposer. Hors mis un faux hommage pas loin d'être déplacé...
Godzilla 2 provoquera irrémédiablement l'ennui, celui d'assister à un vague safari XXL avec des braconniers 3.0. Et ce n'est pas sa réalisation anémique qui sauvera l'entreprise : une suite inutile, comme à l'accoutumée. Totalement appuyé sur son visuel et ses FX mastodontes, le film ne manque pas de sortir l'artillerie lourde pour masquer ses carences scénaristiques, visuelles ou dramaturgiques, autant dans ses punchlines nazes que dans ses images déjà vues, son suspens très pauvre. Et tant bien même que l'on irait dans son sens (en prendre plein la vue), on ne pourra que difficilement se contenter du simple plaisir de revoir des monstres enterrés par le cinéma depuis des lustres, ainsi que des scènes de destructions massives décapantes mais tellement rares (un comble !) puisque, à celles-ci, Hollywood lui a préféré un festival de combats titanesques, de gigantisme concentré sur la fin autant qu'un festival de non-sens scénaristique. Du pur spectacle qui ne compte alors aucune imagination et encore moins d'émotions, et qui tue le projet dans l'oeuf.
Un échec mérité mais pas entièrement dû en l'absence de qualités du film : la lassitude entamée avec le lourd échec de Pacific rim 2 était annonciateur de son sort...

NOTE : 6-7 / 20

Voir : Godzilla (1954) - Godzilla (1998) - Godzilla - Final wars - Godzilla (2014)
La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-