Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

28 semaines plus tard

Juan Fernando FRESNADILLO
(13-14)

Après la destruction, la reconstruction... Comme au temps de la peste, l'épidémie est éradiquée, on réinstalle les populations dans Londres sous l'oeil vigileant des militaires. Ce qui nous touche avant tout dans ce film, c'est l'humanité -la basse humanité- des personnages, pas de vrais héros de cinéma, mais des gens lâches et sans pitié. Si le scénario est parfois un peu facile aux encoudures (à moins que ce soit le thème du film -la famille- qui soit un peu lourdement asséné ?), s'il aurait très bien pu ressembler à une médiocre série B, c'est sans compter sur l'ambiance tendue de cette oeuvre, la psychologie des personnages, sa structure évasée qui laisse le champ assez libre (course constante), le gore qui vous carresse dans le sens du poil, la réalisation embarquée quoiqu'un peu trop frénétique et une bonne frousse pour un spectateur qui sera toujours surpris, joliment malmené et fragilisé. Le vrai retour du film de zombis.