Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Toy story 4
Josh COOLEY
Budget = - M$
BOX OFFICE France = 6 388 / 306 462 - 1 506 000 * - (4 580 000) entrées
BOX OFFICE USA = 120,9 / (434,0) M$
BOX OFFICE Monde = (1 073,2) M$
 

Les critiques de la saga Toy story commencent à se suivre et à se ressembler. A l'image de son prédécesseur, Toy story 4 est un film dual, tirant sur la corde, bien que réalisé par une équipe de vrais artistes.
Le problème majeur de ce quatrième opus est que ses créateurs oublient un principe essentiel du cinéma : aussi bonnes soient-elle, le plein de petites idées assemblées ne font pas -rarement- un grand film. On a beau jouer sur la multiplication tous azimuths de personnages afin de renouveler le "bestiaire", on retombent dans des thématiques qui sentent terriblement le déjà-vu et ôte pour beaucoup l'intérêt du projet (encore un sauvetage, toujours ces jouets qui se trouvent inutiles...) ; de même peu de grandes scènes émergent du métrage.
Je ne reviendrai pas, une fois de plus, sur les qualités visuelles indéniables et propres aux films Pixar, ni aux divers clins d'oeil que tout un chacun appréciera à sa juste valeur... Alors il est vrai que ces fameuses idées sont particulièrement bien senties : ces jouets indépendants qui refusent ainsi la douleur de se voir abandonnés par leurs humains. La fabuleuse voix intérieure de Buzz qui offrent des moments de pure régalade, l'apport de scènes plutôt effrayantes pour les plus petits, l'humour délectable de Ducky / Bunny, une grande aventure rebondissante qui se suit plaisamment. Et, puisqu'on évoquait la multiplication des personnages, le point fort du scénario réside dans l'apport trois personnalités exceptionnelles : celle de Fourchette (bien que l'histoire semble l'oublier un peu dans sa seconde moitié), qui interroge sans doute le spectateur sur l'argent qu'il est près à mettre dans des jouets tellement perfectionnés. Et puis celle du vrombissant et touchant Duke Caboom (pure victime de la publicité et mercantilisme) et, surtout, celle de cette poupée parfaitement ambigue et à la personnalité que j'ai personnellement trouvé la plus fouillée, la plus intéressante.
Enfin : Dur de croire en cette dernière scène quand on n'oublie pas qu'il s'agit du 4ème épisode d'une saga qui coure sur déjà près d'un quart de siècle...

NOTE : 13-14 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-

* Film sorti durant la Fête du cinéma