Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Source code
Détails du film sur InCiné

Duncan JONES
(17-18)

(Spoilers) Un film catastrophe ? Une dissertation sur le terrorisme ? Un film sur les voyages temporels ? Quel est donc le but de ce voyage en train incessamment répété ? La première scène et son attirance pour les moindres détails (qui auront forcément leur importance dans le film !), la crise identitaire qui nous rappelle le récent et sympathique "Sans identité" va nous emmener dans un voyage où nous ne sommes jamais au bout de nos surprises : la vérité est ailleurs... Il y a deux films dans ce film et plusieurs thématiques : l'enquête dans la réalité parallèle (qui a mis la bombe et comment la désamorcer ?) et l'enquête virtuelle dans le monde réel (qui est-il et que fait-il là ?). Il est extrêmement excitant de refaire ce voyage qui à chaque retour apporte une pierre angulaire à la soluce de cette énigme, qui montre l'élasticité du temps par un phénomène hautement improbable et d'autant plus génial, où l'on aperçoit une infinité de probabilité... réduites à néant par un futur qui est déjà écrit semble-t-il ! C'est donc une enquête spacio-temporelle à laquelle on assiste par le biais d'un scénario limpide, fluide, envoûtant, bluffant, intriguant qui sait nous happer en manipulant les expectatives ; qui est le terroriste qui fait (ou plutôt : qui a fait) exploser ce train et va faire bien pire si on ne découvre pas son identité ? Cette oeuvre aborde le thème du voyage temporel de façon radicalement originale (une sorte de Minority report inversé), évoquant les capacités illimitées de notre cerveau, des expériences militaires et l'utilisation des soldats et des victimes du terrorisme... jusqu'au bout de leurs capacités. Le scénario est millimétré pour apporter à notre curiosité quelques éléments réguliers afin de reconstituer le fond de l'histoire (pourquoi ce n'est pas son visage que l'on voit dans la glace ? Où se trouve-t-il à chaque retour ? Qui est-il exactement ? Que faisait-il en Afghanistan ?...etc) et surtout de se repérer temporellement : où est la réalité ? Où est le présent ? Peut-on changer le passé ? Le but de notre héros est-il vraiment de désammorcer la bombe ? Les histoires se mêlent et se démêlent doucement et intelligemment (le message sur la chasse au terrorisme est bien passé). L'homme enquêtera également sur lui-même et se rendra compte qu'il doit enterrer son passé s'il veut partir dignement. Le final est une pure merveille, bien plus fort qu'une simple happy end : grâce aux interractions avec la réalité et en prenant bien soin de changer le futur, l'homme bouleversera le passé pour sauver des âmes humaines, dont celle de son "double" dont il est condamné à usurper l'identité (ah, non c'est vrai : il meurt...). De la SF à l'ancienne, façon Total recall, qui se concentre non pas et uniquement sur des technologies, des effets spéciaux, mais sur des êtres humains amenés à découvrir l'horreur et la (les) réalités de leur existence et où Jones s'avère être un réalisateur qui possède une griffe et des obsessions : déjà dans Moon il évoquait les réalités et faisait discourir ses personnages à travers un écran (symbole suprême d'une réalité toute relative et totalement virtuelle). Ce film est un bijou d'intelligence qu'il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie.