Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Silent Hill

Christophe GANS
(15-16)

Le voyage à Silent Hill peut enfin débuter sur grand écran. Sous ses justes allures de films de genre avoué et honnète, de grosse série B, se cache un coeur bouillant de grand film d'horreur. D'abord parce que le scénario ne se contente pas de son fabuleux pitch -une petite fille perdue dans un ville fantôme et recherchée par sa mère. On part d'un personnage fascinant (ses cauchemars, son somnambulisme) pour découvrir toutes les méandres de son esprit et de son histoire, on débarque dans une ville proprement innommable, effrayante et opaque, on nous assène la pire des peurs parentales (égarer son enfant), et puis on découvre peu à peu les liens sauvages qui lient cette enfant à ce lieu perdu au milieu de nulle part, d'où l'on ne semble pouvoir sortir (d'ailleurs toute l'intrigue du film se concentre sur cette question...) et dont le passé évoque l'une des pires ignominie de l'histoire américaine. Un film d'horreur mené comme une enquète (par le spectateur / joueur) jusqu'au final ahurissant et d'une beauté fantastique. Tout contribue à notre adhésion la plus complète (ou presque) : les décors intenses et faussement virginaux qui respirent la mort et dont le brouillard inédit limite notre vision et contribue à notre effroi ; la musique, élément le plus essentiel au film, chainon manquant entre le jeu et le film, certainement la plus extraordinaire compo que j'ai entendu depuis celle de Simetierre ; et puis la pure épouvante, peut-être un peu abrupte (trop vite exposée, voir trop exposée) mais absolument inédite et surprenante, le gore le plus sadique, héritage des 80's, sans complexe aucun quant aux limites ; enfin, C. Gans, époustouflant dans sa démonstration de cinéma, mais peut-être un peu loin de ses comédiens pour nous impliquer à 100 % dans le film, malgré quelque parti-pris artistiques hautement intéressant voir astucieux (l'accident en forme d'ellipse). Il vous reste à baigner le tout dans une atmosphère de mysticisme religieux très 70's (bien que notre esprit contemporain se tournerait plus vers les intégristes de tout bords...) et vous obtenez une surprise sans temps mort qui a le mérite de relever le niveau de minutes en minutes.