Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Peter et Elliott le dragon

David LOWERY
(13-14)

Nouveau chapitre d'une longue série pour le moment glorieuse (dernièrement Le livre de la jungle) de remakes live de leur patrimoine, Disney fait ici complètement table rase du passé : film contemporain, dragon de "chair et d'os" -mais qui peine à cracher du feu puisqu'il est en foret-, histoire totalement remodelée, réimaginée et chansons effacées. Un film qui va faire un appel constant aux restes éparses de notre imaginaire enfantin, bien aidé qu'il est par une photo absolument superbe et des FX à la pointe. Il y a également pas mal de thèmes qui traversent le film : celui de l'enfant sauvage partagé entre deux milieux, de l'orphelin en recherche de parents de substitution, la sauvegarde de la nature (personifiée comme on le verra) et une belle morale (On ne voit bien qu'avec le coeur ; on justifie par ce biais l'invisibilité du dragon). C'est également l'histoire d'une amitié extraordinaire, hors norme, qui pouvait paraître balourde sur le papier (d'où l'insuccès du film ?) mais qui passe comme une lettre à la poste à l'écran. Mieux que l'original. Ici l'amour de la nature est total : le dragon en est son essence, sa personnification, le petit son hôte, et l'espèce humaine cherche à les en arracher littéralement ; métaphore de l'empreinte de l'homme sur ce cadeau naturel. Dommage que le film se fait plus ronronnant sur la fin, rentrant dans les rangs avec l'introduction des méchants hommes sans guère de subtilités si ce n'est des clins d'oeil à King Kong. Une nouvelle réussite.