Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mary Poppins

Robert STEVENSON
(10-11)

Tout Disney en un film : du tout propre, du tout moral, du « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », des trouvailles à tout bout de champs, des effets vieillots et simples mais qui ont su garder tout leur charme à l’époque de « Jurassik Park ». Un scénario assez magique pour ce qui est de l’idée de base, mais de trop nombreuses ramifications pleines de mièvrerie gratinée gâche notre plaisir d'adulte. Du spectacle pur et dur où tout est sacrifié au visuel… le tâcheron insondable de réalisateur en premier. On aurait aimé une réalisation plus souple, plus ample, des chansons plus immortelles, un scénario évolutif qui ne s’arrête pas à son idée de génie, qui n’essaie pas seulement d’en foutre plein la vue aux incrédules. Reste : des centaines de micro-idées inventives (le monde des cheminées) dans un grand check-up goût « eau minéral », un fourmillement artificiellement cousu.