Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Mad Max

George MILLER
(17-18)

Une vraie révolution ! Surtout venant d’un pays dont le cinéma nous était aussi inconnu que ses auteurs. L’histoire a de quoi faire vibrer la corde sensible : l’image du jouet tombant au sol est suffisamment forte pour lancer un film déjà bien débuté. De la violence, c’est vrai, mais jamais gratuite : Max venge les siens, il a tout perdu et le monde ne peut rien lui apporter. Classique mais en transposant le scénario dans un futur post-apocalyptique, le réalisateur y gagne en liberté. Son héros est passé à la postérité, tout comme le Snake Plissken de chez Carpenter, grâce à un acteur fabuleux dans son rôle. Et puis le réalisateur n’a pas froid aux yeux, il apporte du sang neuf à un genre souvent sclérosé par ses modèles. Il filme ses poursuites en voitures comme autant de combats entre des êtres humains. Très impressionant, une véritable bouffée de chaleur. Beaucoup de cascades à couper le souffle, de muscles, de sentiments, de belles images, bref un parfait spectacle, mieux : un film d’envergure qui lui vaudra, comme autre succès, d’être plagié en mille et un mauvais exemplaires.