Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Esther 2 : Les origines
Budget = 10 M$
BOX OFFICE France = 184 / 28 245 - 141 000 - (339 000) entrées
BOX OFFICE USA = 1,7 / (5,4) M$
BOX OFFICE Monde = (37,1) M$
 

Si la production tardive de la suite d'un film d'horreur à succès pose déjà problème (drôle d'opportunisme...), Hollywood se contente souvent d'une VOD, histoire de ne prendre aucun risque et ne pas perdre un seul cent. S'il sort en salles en France, Esther 2 reste un produit Paramount+. Et ça ne trompera personne !
On se rend très vite compte des limites du film : rien ne tient dans le scénario, téléphoné à chaque scène (tiens, je te montre comment fonctionne mon arbalette...), aux dialogues piteux ("N'ais pas peur, je suis de la police", dis le flic en costume de policier...), psychologiquement on est vraiment au ras des pâquerettes (le couple qui retrouve sa fille disparue depuis des années semble aussi ému que s'il retrouvait ses clefs de bagnole !) et le symbolisme ne vaut guère mieux (la peinture qui révèle 2 facettes du tableau... ben voyons). Doit-on parler du twist qui s'effondre au bout de 5 minutes par manque totale de crédibilité ? Quand on comprend que le film pose ses assises scénaristiques sur ce concept...
La bad girl s'échappe donc de l'hosto, s'invente une identité et remet le couvert, évitant bien de nous surprendre, comme si le genre n'avait pas évolué depuis La malédiction ; la fausse naïveté d'Esther est même tout simplement insupportable. Mais le pire est sans doute cette façon de caresser le spectateur, de ne pas l'effrayer outre mesure et de rester poliment sobre et soft, sans ambiguité aucune, sans sexualisation du personnage. Un comble, une hérésie.
Le yes man Brent Bell fait son show, appliquant tout aussi sagement les règles élémentaires du cinéma de genre : il se prend les pieds dans le tapis en tentant de faire du "signifiant" et le pseudo défi technique s'avère une contrainte envahissante et hideuse... En résulte une œuvre molle, sans suspens, idiote même à force de nous prendre pour des gogos. Loin de la "Lolita horrifique" que l'on était en droit d'attendre.
Accablant et profondément inutile.

NOTE : 3 / 20

Voir : Esther
La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-