Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

The crow : La cité des anges

Tim POPE
(8-9)

La photo rappelle celle de Kondji sur « La cité des enfants… » ; c’est esthétisant mais pas désagréable, elle s’unifie aux décors de cette ville apocalyptique. Derrière cette jolie façade on cherche encore l’intérêt de re-pondre un script dèjà guère novateur et loin de l’émotion originelle censée ressortir de cette histoire. Le style est différent mais on va toujours dans la même direction et cette fois on capitule devant ce monument de banalités scénaristiques où le simplisme le plus béat est de mise : les flash-backs ultra-speed doivent accrocher notre émotion quand au reste c’est une histoire de justicier à la Bronson, avec liste de macchabées à l’appui…c’est tellement artificiel. On a beau se la jouer glauque, très violent, trash, on a beau voir une ou deux jolies scènes (avec la gamine), ce n’est que du jolie papier, du papier glacé. Plus provocateur que passionant, tapageur. Pope a de l’avenir, tout comme Proyas, car sa griffe reste présente sur le film et justifie à elle seule sa vision. C’est déjà ça.