Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Child's play
Lars KLEVBERG
Budget = 10 M$
BOX OFFICE France = 440 / 16 750 - 87 000 - (201 000) entrées
BOX OFFICE USA = 14,1 / (29,2) M$
BOX OFFICE Monde = (42,9) M$
 

Ok Buddi !
Un jouet dangereusement connecté, doublé d'une critique de la mondialisation excessive ? En voilà un sacré angle d'approche novateur !
Mais de toutes évidences le scénariste n'a pas été embauché pour ça : simplement donner un nouveau départ à Chucky, plus moderne. La première chose qui va bloquer net notre enthousiasme c'est la mise en images soporifique de Lars Klevberg (Polaroid) ; il a beaucoup de mal à donner un peu d'ampleur et de tonus à son film. Ensuite il conviendra de revenir sur le design très particulier du visage de Chucky : entre un véritable retour en arrière (on nous dit même qu'il s'agit d'une ancienne version...) et l'étonnement de voir un bijou de technologie adopter une finition aussi peu esthétique malgré son public de destination... Un visage angélique aurait tellement été plus approprié, il me semble.
Après 30 mn d'une histoire pas loin de "l'enfantillage", d'un scénario qui semble viser clairement les jeunes ados (pour un film R-rated...), on passe aux moments gore et on entre de pied ferme dans un film plus mature... sauf qu'à bien le chercher, le message se fait alors très clair : Chucky devient un monstre par mimétisme, il apprend même à tuer grâce à un film d'horreur !!
Malhonnête, le scénario reste franchement rudimentaire : le chat est méchant / Chucky tue le chat. Le beau-père est méchant / Chucky tue le beau-père. Le concierge...etc. On ne trouvera pas ici le grand frisson tant la légèreté -et non pas l'humour- désamorce toutes tentatives horrifiques. Et tous les meurtres sont loin d'être imaginatifs même s'il réserve quelques moments pas désagréables
Si l'idée de départ avait été creusée...

NOTE : 6-7 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-