Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Candyman, day of the dead

Turi MEYER
(6-7)

La légende urbaine continue... mais s'essouffle largement. Dans le sang (rien de bien original ces crimes, mon bonhomme !), dans le sexe (quelques belles paires de seins...). Le mythe s'enrichit, son histoire se fait plus précise, réintégrant les thèmes de l'amour inter-racial et du racisme. Et voilà un bon vieux film d'horreur tout à fait dans la tradition grand-guignolesque et qui, justement, a du mal à sortir du lot, du train-train habituel et des ponctifs qui ont façonné le genre. Les amateurs n'y verront que du fonctionnel un brin ronflant et un spectacle gore comme on les connaît.