Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Astérix - le domaine des dieux
Louis CLICHY - Alexandre ASTIER
Budget = 31 M€
BOX OFFICE France = 2 468 / 186 046 - 935 000 - 2 996 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Astérix est sans doute un monument national (franco-belge) mais ses adaptations ciné, live ou cartoonesques, oscillent entre le très bon et très rare (Mission Cléopâtre, le meilleur à mon sens) et la catastrophe infâme (Astérix et Cléopâtre), quand ce ne sont pas, pour la grande majorité d'entre elles, des films "du milieu", ni bon ni mauvais, ne rendant que très maladroitement hommage au héros de la BD. Inutile de dire que l'on en attendait beaucoup de cette version : parce que l'on est fan (ou pas) de "Kaamelott" et de son univers décalé, parce que les derniers films ne nous ont pas forcément emballé (surtout l'avant-dernier pour ma part) et parce que l'on voulait enfin retrouver le petit gaulois de notre enfance, par simple nostalgie ou pour le symbole qu'il représente d'une forme de résistance, d'exception culturelle nationale (oui, enfin....). Et bien voici une très belle façon d'actualiser cette légende en 2 dimensions : tout d'abord grâce à la plume et l'univers d'Astier, entre continuité et modernisme, se mariant parfaitement au style propre à "Astérix", logique et en parfaite adéquation au niveau des gags et d'une certaine griffe ; sans aucun doute parce que l'auteur n'adapte pas sagement le matériau d'origine mais y ajoute une vraie présence, sa propre personnalité, et rapproche son film de celui de Chabat, et donc du meilleur. Ensuite parce que ce scénario a de la gueule (pour qui ne connaît pas la BD ?), très frais, très complet dans ses thématiques, voir assez poussé si l'on cherche la petite bête : le mal ultime n'est pas les romains en tant qu'étrangers, mais bien ce qu'ils représentent ; la civilisation soit-disant moderne mais écrasante, voir la pensée unique, le commerce excessif qui enrichit certains et appauvrit les autres, la concurrence qui génère l'augmentation de la production et la baisse d'une certaine qualité, l'argent qui détruit les petites gens, la populace qui apporte une mode déculturante, la sâle ville qui anéantit la belle campagne... Et puis l'humour y va bon train, bien au-delà des simples jeux de mots et d'un comique de situation qui ne carresserait dans le sens du poil que les plus petits d'entre nous : c'est fin et ça joue des coudes. Visuellement je l'ai également trouvé très plaisant, nous transportant agréablement dans l'univers du petit village. Dernière chose : voir César mettre réellement en danger les gaulois ne gâche rien à notre plaisir : même si l'on sait comment tout cela va se finir et que les ressorts sont immuables. Drôle et juste.

NOTE : 13-14 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-