Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Les animaux fantastiques
Budget = 180 M$
BOX OFFICE France = 2 779 / 209 447 - 1 420 000 - (4 001 000) entrées
BOX OFFICE USA = 74,4 / (234,0) M$
BOX OFFICE Monde = (813,2) M$
 

Le même univers, mais pas le même film. Le fait que les personnages principaux soient des adultes permet déjà au métrage de prendre une toute autre dimension, mais le récit n'est pas en reste avec ses multiples possibilités de lecture. Je ne suis pas un fan absolu de l'univers "Harry Potter", mais je trouve que ces Animaux fantastiques partent dans une tout autre direction, plus mâture (les relations entre moldus et sorciers) ; Potter se contentait d'une intrigue principale et était axé sur la mise au goût du jour de diverses légendes. Car, avant de causer technique, il convient de bien étudier les différentes forces en présence dans ce film : Les humains vivants paisiblement dans l'ignorance d'un groupe méconnu, les sorciers, société secrète et d'apparence dangereuse pour la paix, les extrêmistes de tout bord (certains sorciers, effectivement dangereux, et appelés dans le film "fanatiques", ainsi que certains humains sectaires et haineux). A cela s'ajoute les politiques dont les tendances peuvent basculer à tout moment et selon les évènements. Bon : on est chez Harry, on ne va pas faire de politique, mais ce registre de lecture n'est certainement pas innocent. Il permet d'élèver le film à un niveau où l'étude sociétale, toute fictive soit elle, donne des assises suffisamment solides pour narrer ces aventures, quant à elles, plus innocentes. Et pour le reste l'oeuvre est tout aussi consistante, parfait prolongement d'un univers désormais mondialement connu. Plusieurs strates d'intrigues permettent non seulement de garder notre intérêt entier, mais également de se perdre dans quelques méandres scénaristiques (les alliances, la politiques des sorciers, la protection des espèces, la créature principale absolument originale, le twist..etc). Les personnages sont assez multiples pour donner une vraie épaisseur narrative au récit. Visuellement on aurait également tort de faire la fine bouche : il y a une somptueuse reconstitution (numérique) d'époque et une foultitude de détails qui nous permettent de plonger corps et âme dans ce monde bigarré. Les effets sont superbes (mention spéciale à Gnarlack, interprété par le non moins génial R. Perlman), les créatures élèvent notre niveau de ravissement et le monde de la valise dépasse les mots tant il semble être le condensé d'un véritable rêve de gamin. Le tout est parfaitement emballé par un D. Yates inspiré et vraiment enjoué, communicatif quant à sa joie de retrouver ce petit monde. Un ton au-dessus des derniers Potter vous dis-je.

NOTE : 15-16 / 20

Voir : La saga Harry Potter
La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-