Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

L'amant double
Budget = 7,1 M€
BOX OFFICE France = - / 28 343 - 119 000 - 388 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Choquer avec des images inutilement crues et faciles plutôt qu'avec des idées... Le thème de la géméllité a déjà été traité de façon très convaincante au cinéma (Soeurs de sang ou encore Faux-semblant), et il faut bien dire que cette fois les défauts de l'oeuvre l'emportent largement sur ses qualités. S'il s'agit d'un beau travail de réalisation où l'auteur parait s'amuser intelligemment avec sa caméra, si l'on retrouve les personnages très particuliers qui façonnent l'univers d'Ozon, si l'on est effectivement dans une ambiance poisseuse et une intrigue qui se met doucement en place pour mieux rebondir (où est la place du mensonge ? De la folie ? Les questionnements sur les jumeaux ?) ; si l'oeuvre est une fantasmagorie sur la duplicité, notamment celle de l'homme (l'amant aimant et l'amant sexué), les limites du scénario sont très vite atteintes. Car de toutes évidences le réalisateur s'intéresse plus à ses images de sexe qu'à ses idées pourtant ambitieuses : et on sombre vite dans un film qui passe à côté de son sujet à trop vouloir racoler, choquer pour choquer en cette époque où le sexe est pourtant en consultation libre sur internet. Il apparait particulièrement ridicule à vouloir repousser les limites... du bon goût. Car tout cela, et justement en regard de la fin, repousse pour ainsi dire l'intrigue, la met quasiment au second plan ; d'ailleurs la révélation sur l'histoire des jumeaux semble faite de bric et de broc. Mais le coup de grâce provient de ce final WTF, profondément râté, très décevant car mal orchestré et peinant à mettre en exergue tout ce que l'on a appris dans le film. L'oeuvre se mord la queue et finit en eau de boudin alors qu'elle aurait pu devenir un véritable cauchemar, avec une double lecture et une vraie envie de la revoir avec les nouvelles clefs données par la conclusion. C'est un thriller psychologique avec plein d'idées mal agencées, cédant à la facilité et, qui plus est, possédant une vision dégradante, rabaissante de la femme (simple objet sexuel dont le corps est montré intégralement et sans pudeur, a contrario de celui de l'homme).
Message au CSA : j'ai noté une erreur sur cette oeuvre : vous avez interverti avec la classification de Saw 3...

NOTE : 5 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-