Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Alien : Covenant
Budget = 97 M$
BOX OFFICE France = 2 805 / 143 229 - 676 000 - 1 251 000 entrées
BOX OFFICE USA = 36,2 / 74,2 M$
BOX OFFICE Monde = (236,3) M$
 

Suite d'un préquel que j'ai en très haute estime, même s'il a pu froisser les plus puristes des fans de la saga en prenant ingénieusement parti d'intellectualiser, de conceptualiser un film de SF horrifique ; genre profondément ancré dans la série B, comme bazooka, s'il en est. Je ne m'attendais donc pas à m'esclaffer de plaisir, sachant que Prometheus avait été fraîchement reçu, que l'histoire n'en conservait sans doute pas l'essence, et que seul le plaisir de retrouver des "aliens" sur grand écran pouvait sauver les meubles. Et ce fut d'ailleurs le cas puisqu'il s'agit du plus mauvais opus de la saga (mis à part le crossover... et encore). Si la première scène fait illusion quant à l'envie de R. Scott de continuer à explorer les pistes amorcées dans le précédent film (questionnement sur l'humanité, recherche de Dieu, le hasard / le destin, l'homme en tant qu'espèce guerrière...etc), il balaie bien vite tout cela d'un revers de la main et enquille sur de la série B pur jus. De celles qui ont fleuri suite à la sortie d'un certain film emblématique en 1979. L'excuse usitée afin de replonger dans cet univers est aussi facile que déclinable à l'infini : un heureux hasard... quoique. Une première heure qui aurait très bien pu se résumer en 10-15 minutes et qui semble vouloir faire aboutir le film sur un "Man Vs Alien" des plus basiques, simplistes et profondément ennuyeux, de ceux que l'on voit sur nos petits et grands écrans depuis maintenant près de 40 ans !! Scott semble vouloir simplement faire évoluer son film au rythme des propres évolutions de ses créatures ; mais la seconde partie fait mine de faire changer de cap l'histoire. Car avouons que la révélation du film vaut son pesant de xénomorphes ! La confrontation verbale entre les androïdes est également assez savoureuse et donne un peu de teneur à l'oeuvre ; et elle palie à la faiblesse des autres personnages, pour la plupart simples couples inconsistants. Et ne renions pas complètement le plaisir -que j'évoquais en introduction- de retrouver nos bestioles favorites... sauf que... sauf que le film est clairement plus destinés aux fans, plus nombreux, plus faciles à toucher et donc plus "commerciaux", des "Aliens" (le combat sur le vaisseau fait clairement référence au film de Cameron), qu'à ceux du préquel. Mais là encore Scott ne s'avère vraiment pas à la hauteur du génie angoissant de l'original : la chasse dans le vaisseau n'est jamais pas assez developpée, se bornant à un jeu de portes qui se ferment ; pas du tout à la hauteur ni du réalisateur, dont la réalisation restera très pâteuse, assoupie, ni de l'histoire dont le suspens est réduit à néant. Un peu à l'image du twist final que l'on voit venir de très, très loin et qui laissera d'incongrues questions en suspens, de celles qui font mauvaises impressions à la fin d'un film.

NOTE : 8-9 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : - /20

-