Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

La belle époque
Nicolas BEDOS
Budget = 9,8 M€
BOX OFFICE France = 3 081 / 62 169 - 566 000 - 1 278 000 entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = 12,9 M$
 

Une entreprise d'aujourd'hui organise des soirées privées historiques. Et La belle époque de disserter sur cette lutte permanente et atemporelle entre l'ultra modernisme tendance et le passéisme paresseux. Avec en leur milieu, la nostalgie. La recherche illusoire du passé. Et l'équilibre : comme renouer avec son passé tout en allant de l'avant dans l'existence.
Bedos croque ses personnages, progresse dans la construction d'un univers qui lui est propre, un style qu'il avait déjà esquissé avec Mr & Mme Adelman, il insuffle une belle énergie à son film. Visuellement c'est sans doute un peu gratuit mais tout à fait louable. De plus le montage elliptique donne à l'oeuvre cette vitesse qui parait nous faire tourner la tête comme elle le fait à ce dessinateur qui refuse le monde moderne.
Certe : mais il se trouve que le scénario reste un peu froutraque, payant alors les pots cassés en son milieu : la scène Auteuil / Tillier s'éternise, mal contre balancée par celle entre Ardant et Podalydès. Le film broute, perd de son tonus et s'enlise en tournant en rond autour de ses héros. Tout s'étiole lentement et on décroche faute de pouvoir avancer.
Pourtant Bedos avait également, il me semble, l'ambition de mettre en abîme le petit monde du cinéma : ce monde de faux semblants, de rêves faux et de fausse nostalgie. Certainement pas mauvais, mais certainement pas abouti.
N.B. : La vision après la cérémonie des César est plutôt... hallucinante : entendre Fanny Ardant ne pas "regretter une période (les années 70 !) où l'on pouvait se faire violer en toute impunité" résonne étrangement et met franchement très mal à l'aise...

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-