Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Frantz

Budget = 9,5 M€

BOX OFFICE France = 1 518 / 27 411 - 161 000 - (638 000) entrées
BOX OFFICE USA = - M$
BOX OFFICE Monde = - M$
 

Un film très solide mais certainement pas le meilleur de son auteur. Solide de par son sujet -ses sujets- à savoir le traitement bilatéral de l'après-guerre (1ère Guerre Mondiale) ; du ressentiment anti-français en allemagne au ressentiment anti-allemand en France mis en parallèle. Le film est un remake mais cette fois l'héroïne y est allemande, comme un signe d'apaisement des temps. Solide également de par le traitement de tous les sujets parallèles : le souvenir, l'amour mais surtout le deuil, le mensonge et le pardon. Pourtant Ozon joue les photographes en alternant le noir et blanc et la couleur de façon complètement aléatoire et sa réalisation peine à dépasser certaines lourdeurs. S'il ne laisse planer le doute sur cette amitié / histoire qu'un moment, le véritable sujet du scénario est assurément le mensonge, double ici ; le mensonge selon Ozon. Car on retrouve cette perversion de la réalité chère au réalisateur : aimer son pire ennemi en l'ignorant, et mentir, ce qui vaudrait mieux que dire la vérité. A titre personnel je pense avoir tout simplement vu l'histoire de ce Père Noël que l'on raconte aux enfants : le beau mensonge que l'on fait croire pour faire rêver ; sauf que dans le cas présent le film s'arrête avant que les uns et les autres ne soient découverts, que la vérité n'éclate et que le petit mensonge se fasse plus blessant qu'une dure vérité. En ce sens le film est assez hypocrite malgré ses grandes qualités techniques et scénaristiques, derrière le jeu parfait et subtil des deux acteurs principaux, et même complètement immoral. Ozon a choisi d'interroger la société civile en balayant de la main la société morale (dont le personnage du prêtre serait le symbole ?) et en expliquant que le mensonge n'est pas immoral puisque non condamnable... Libre à lui : mais je ne suis pas certain que l'humanité en ressorte grandie. Mentir pour protéger les gens ? De quoi ? De la vie ? Je pense plutôt que l'on grandis -justement-, muris et se renforce par les épreuves que la vie met sur notre route ; aussi difficiles soient-elles.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-