Le prénom est du pur vaudeville classique, bien écrit, très efficace bien que le texte se tasse sur la fin à force d'en (re) mettre des couches, de partir dans tous les sens. La réalisation mérite que l'on souligne les efforts effectués même si on ne peut être Polanski dès le 1er film (Cf. Carnage). Drôle, léger, bon équilibre dramatico-comique bien que parfois plus pesant.