Le grand soir ou punk Vs capitalisme. Avec la griffe particulière des 2 auteurs (scénes étirées de façon démodée, réalisation à l'arrache, fraicheur dans le ton et humour unique, tantôt noir, tantôt philosophique). Poelvoorde et Dupontel sont comme des poissons dans l'eau dans ce conte moderne et décalé. Dommage que l'on ne retrouve pas cette énergie derrière la caméra (champ / contre champ hideux, changements d'angle sans aucun sens, grandes focales inutiles et ambiance globalement pâteuse) ; où comment la réalisation ne sert pas le propos.