Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Fast & furious 7
Budget = 190 M$
BOX OFFICE France = 3 439 / 357 566 - 2 159 000 - 4 638 000 entrées
BOX OFFICE USA = 147,2 / 357,0 M$
BOX OFFICE Monde = 1 518,2 M$
 

Fast & furious 7 débute par un plan séquence qui vous fout directement dans l'ambiance et dans la continuité directe du film précédent : la promesse d'un Statham en bad guy survitaminé et le plaisir de Wan à mettre de la folie dans chacun de ses plans, plaisir purement visuel dont on évitera toute analyse fondamentale, mais plaisir hautement communicatif. Et n'oublions pas les plus ou moins bon mots qui fusent. Ca pète un max, ça s'envole, ça cascade, ça détonne et ça ne se prend jamais au sérieux : sauf lorsqu'on joue sur la corde sensible ; mais avouons qu'ils auraient pu faire quelque chose de beaucoup plus touchant... Le pitch ? Plus ou moins celui d'un Die hard 3 mixé avec un épisode de "L'agence tous risques" ! Un scénario écrit à la truelle mais qui n'a clairement qu'un but : bondir quoiqu'il arrive (même s'il en devient totalement saugrenu voir idiot : ce qui se passe à Abu Dhabi...) et avancer plus vite que la musique. Alors on fait fi des improbabilités qui ne sont que la marque de fabrique du produit, mais on restera dubitatif quant aux trop importantes et nombreuses invraisemblances internes au scénario ; la plus belle restera ce méchant au timing super-parfait, qui devine les plans classés "secret défense" du gouvernement pour trouver ses ennemis de part le monde... mais qui aura besoin sur la fin du fameux God's eye pour trouver ces mêmes ennemis dans Los Angeles ! Totalement irréaliste et assumé mais les incohérences finiront soit par donner la migraine soit par énervé le spectateur un tant soit peu concentré : FF7 c'est comme un overdose de sucre, c'est gouleyant au début mais trop lourd sur l'estomac à la fin. Les meilleurs acteurs resteront les voitures, castées comme tels, alors ressortons nos Majorette / Hot Wheels et faisons mumuse un instant : il est bon d'être régressif parfois.

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-