En solitaire est l'exact contraire de All is lost : tellement moins immersif, plus sportif que dramatique et très musical (compo et musique directe : magnifique mélodie entêtante bien que déjà usitée). Ce n'était sans doute pas évident de construire un scénario autour d'une course en solitaire, avec des allures de docu sportif, sans avoir peur d'ennuyer le spectateur. Mais les points de vue extérieures à la course ne sont pas un choix très judicieux et nous empêchent globalement de nous fondre avec l'histoire du héros ; l'adjonction d'éléments dramatiques nous désintéressent de la course, de ses enjeux, nous déconcentrent (les scènes sur terre, la famille recomposée et ses petits soucis sont à côté de la plaque, survolées) et décrédibilisent l'ensemble en faisant perdre un certain volume au personnage principal : l'exploit est beau mais tellement irréaliste. C'est un bon film, avec un final très héroïque, mais qui manque cruellement d'intensité, la technique semblant empêcher le réalisateur de s'exprimer correctement (incomparable avec travail d'orfèvre d'un "Gravity"...). Reste à savoir si mon avis serait le même en inversant l'ordre de vision des deux films ? Oui : absolument sans aucun doute.