Belle et Sébastien n'est-il qu'une simple histoire d'amitié homme / bête sur fond de montagne ? Un de ces films nostalgiques de la France d'avant, plus "simple", plus rurale, plus morale ? L'un de ces éternels films sur la seconde guerre mondiale, avec tout ses tics ? Et bien il est un peu tout cela, différentes couches assez communes qui n'en font en rien un bon film... ni un mauvais ; quoique. Car ce type d'histoire mettant en scène un couple chien (ou autre) et enfants (s), on en a vu des dizaines au cinéma, on connaît parfaitement leur tournure et leur contours, de l'adoption lente de l'animal à sa reconnaissance en passant par sa pseudo mort ; ces méchants allemands ont les connaît également par coeur tout comme la période et ce fond d'Histoire (résistance, vie d'un village...etc). Cinématographiquement ça ne sent pas vraiment le neuf, il y a bien trop de retenue, on nous caresse dans le sens du poil, s'adressant essentiellement aux enfants et on aurait souhaité que le film s'emballe bien avant la séquence finale, plus intense, plus riche ; d'autant plus que les somptueux paysages sont magnifiés par la caméra de Vanier et la photographie joue sur le côté "photo colorisée". Un film plus vain que mauvais qui soulève autant l'ennui que l'émerveillement naturel et aurait mérité une modernisation non pas contextuel mais littérale afin d'éviter de tomber dans tout ces écueils.