Ce ne sont ni les bons ni les mauvais souvenirs des 2 premiers tomes qui m'ont conduit ici mais bien le talent des acteurs (J. Delpy & E. Hawke), l'idée de base réellement passionnante et le fait de se trouver en présence d'une des meilleurs oeuvres de l'année selon Q. Tarantino ! "Before midnight" m'a remis en bouche "Sunrise" et "Sunset" : le film sonne juste. Il ouvre sur un très, très long plan fixe qui se concentre sur la performance extraordinaire des 2 acteurs puis embraie sur des scènes à la fois drôles, très malines et intellectuelles, des tornades de dialogues chiadés débouchants sur autant d'idées, de sentiments, de réflexions diverses et variées sur la vie, le temps, le boulot, la famille, l'amour, le sexe. Une nouvelle tentative d'intellectualisation fantasmatique de la vie de couple globalement réussie : car le film n'échappe pas à un certain nombrilisme, surtout lors de la longue dispute finale, qui noie le propos, en tout les cas le dilue et laisse un peu le spectateur de côté, tel un témoin qui n'a que partiellement sa place ici.