Le nouvel ordre mondial ? Un film aussi brillant que bouleversant. Bien plus puissant qu'un quelconque thriller conventionnel... L'oeuvre plonge de riches citoyens dans l'univers de la pauvreté des pays émergeants ; des enfants américains deviennent des clandestins au même titre que les mexicains, un couple va découvrir la délicate façon de survivre dans l'insanité et l'insalubrité du Maroc profond. Il est clair que les émotions sont ici des émotions "inversées" : ce n'est pas les enfants que l'on plaint mais la nounous (les enfants s'en sortiront forcément, puisqu'ils sont citoyens US), ce n'est pas la femme blessée pour qui l'on tremble mais bel et bien pour les 2 enfants innocents dont le sort, la punition, sera pire que la faute... bien pire... parce qu'il ne sont que des citoyens marocains. Inarritu explore le rapport "Nord-Sud" à travers un scénario emprunt de la fameuse théorie du chaos, une écriture somptueuse entre décalage, liens jamais innocents et entrecroisement ; l'histoire en filigramme d'une arme qui sèmera plus que la mort, le désordre planétaire. Un film-miroir qui nous force à regarder nos malheurs et celui des autres en face... d'ailleurs le film est également hanté par le thème de la mort, mort prématurée (celle du bébé, celle de la mère, celle du fils...), mort que les personnages devront dépasser afin de pouvoir continuer à vivre (les parents à nouveau uni et retrouvant leur raison d'aimer, la jeune fille qui apprend à aimer son père -car c'est bien un père, déculpabilisé, qu'elle cherche, pas un amant-, le gamin qui se dénonce et se rend pour "sauver" son frère). Bien sûr on pourra ajouter à cette analyse une dimension anti-arme évidente, une critique du journalisme (en arrière-plan sonore) et de ses dérives sensationnelles. La réalisation est effectuée au scalpel : un travail de chirurgien, d'orfèvre