Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Wolf

Mike NICHOLS
(13-14)

Du sang neuf : le loup n’est plus un monstre (tout comme celui de Londres), sa métamorphose est progressive et doublée de subtilités physiques et surtout psychologiques. La malédiction a un côté don du ciel… et son traitement est ancré dans la réalité de la vie. Par contre Nichols a du mal à composer ses plans, le directeur de la photo fait tout le boulot, et avec un soin évident. En fait il faut pas s’attendre à une grosse frousse, ni à être impressionné visuellement, ici on a plutôt un coté docu-fiction quasiment éthnologique doublé d’une love story merveilleusement campée par des géants de l’écran. Morricone se fait vieux et linéaire (une qualité ?), le scénario pêche peut-être par sa prévisibilité, accentuée par la molle réalisation et le schéma faustien. Un final grandguignolesque et des FX de 60 ans d’âge.