Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Van Helsing

Stephen SOMMERS
(12)

Mélange des mythes et hommage (avec intéret financier à la clé...) qui n'oublie pas les racines de ces monstres sacrés du cinéma (monstres de Frankenstein, vampires accompagnés de Dracula, Jeckyl et Hyde, le loup-garou... et même James Bond !) et leur histoire, les modernisant par là même et par une débauche d'effets spéciaux pas dégueulasse ; n'oublions pas un peu de sang, de violence et de mutilations d'usage et bienvenues. C'est gothique à souhait, les décors sont soignés, les images magnifiques et le moteur du scénario -même si d'aucun ne sera surpris- efficace (l'amnésie de V. Helsing). Du bon gros spectacle qui éclate, pas toujours avec finesse, fun et pas vilain, comme une marque de fabrique de son auteur, qui n'hésite pourtant pas à reprendre le schéma de sa Momie (homme + femme + rigolo de service) et l'idée de base de la célèbre LGE. Par contre le Dracula de pacotille (faute de casting ?) nuit et ennuie gravement alors qu'il reste le dauphin du film. Je reste par ailleurs sceptique sur la surenchère visuelle des combats, trop video game, qui font que l'on se fiche rapidement du dénouement et que l'on ne s'occupe que de l'éclat un peu outrancier de la chorégraphie sur-humaine. Une mode en bout de course ? Sommers reste le maitre de la série B surboostée.