Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Un jour sans fin

Harold RAMIS
(13-14)

L’humour basique est souvent bien moyen, le film décolle lentement et peu à peu l’humour de situation va effacer ce mauvais sentiment. Le scénario est exploité jusqu’à la moelle (subtentifique), les acteurs sont inspirés (Murray est toujours sous-estimé), le réalisateur varie et diversifie ses images. Une comédie touchante ( la scène avec le grand-père), des scènes marquantes comme celles des suicides (humour décalé, cette fois-ci, très noir), doublé d’un aspect assez moraliste (quoique le personnage négatif dénote merveilleusement). Fou, indépendant, et c’est tant mieux…léger !