Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Requiem for a dream

Darren ARONOFSKY
(15-16)

Le ciné c’est avant tout affaire d’images... Aronofsky l’a bien compris. Sa caméra délire, jouant sur les accélérés et les ralentis, les couplant étrangement en des visions cauchemardesques et allucinés. L’intensité va croissante avec la plongée dans l’enfer des drogues, les images deviennent chocs et terrifiantes car hyper-réalistes : le sevrage final en montage alterné est un moment puissant (partouze, électro-choc, prison et hosto). Le scénario n’a rien de banal : il met en exergue des enfants drogués (son business merdique, son état réfléchit sur un bras qui pourris, sa petite amie qui se prostitue) et une mère accroc à la télé et aux régimes jusqu’à en devenir folle. Une mise en parallèle qui fait réfléchir. Film délirentiel que l’on vit de l’intérieur, très fort et seulement moins original que « Pi ».