Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar
Joachim RONNING - Espen SANDBERG
Budget = 230 M$
BOX OFFICE France = 3 059 / 302 336 - 1 347 000 - 3 676 000 entrées
BOX OFFICE USA = 62,6 / (172,6) M$
BOX OFFICE Monde = (794,8) M$
 

J'ai eu l'impression, 2 heures 30 durant, que les scénaristes avaient obéi à la lettre aux exigences du géant Disney : retrouver l'essence de la trilogie après la volée de bois vert (injustifiée à mon sens, mais très à la mode...) récoltée par le précédent opus. Et le compte n'y est pas. Tout d'abord parce que l'intrigue est totalement inconsistante : entre joyeux hasard et réunion de famille un peu poussive, le scénario se tortille mais n'est finalement qu'une grosse chasse au "Jack Sparrow". Rien de plus. Le même Jack qui sombre dans l'auto-parodie involontaire, inlassable répétition, et finit par agacer plutôt que de retrouver la fraîcheur de son personnage. La trame prémâchée où tout ce beau monde va pouvoir trouver son compte en s'entraidant va bien vite se muer en une espèce de reader's digest de la saga ; on y retrouve un couple façon Will / Elizabeth, un Jack pourchassé, des problèmes de bâteau, un méchant vengeur, des zombies, des acolytes, des anglais, des pendaisons...etc. Les dialogues enfoncent le clou en pesant lourd sur le rythme du film et la réalisation, efficace (les transitions) mais impersonnelle, ne sortira pas le film du lot. Certes : on y retrouvera un univers agréable, quelques gags marquants -deux tout au plus- dont le premier qui rappelle furieusement une scène de F&F7 et la fameuse séquence de la guillotine, des effets spéciaux à la pointe (j'adore les requins et la séquence d'ouverture des eaux !), un bad guys banal à l'intérieur mais original à l'extérieur et une scène post-générique qui caresse le fan dans le sens du poil. Mais quoi d'autre ? Le scénario ressemble beaucoup trop à de vagues idées mises sur papier et artificiellement greffées à l'histoire, la sympathie pour le personnage s'étiole au fur et à mesure que son humour prend l'eau, on se fiche pas mal de la trame même si elle réservera une jolie surprise (un peu artificielle, elle aussi ?) car elle relie malhabilement les personnages ; les incohérences sont légion (la confiance de Salazar en Barbosa...) et j'ai eu toutes les peines du monde à être entraîné dans le film car il manque d'âme, d'émotions véritables et d'une structure plus originale et solide. Un épisode de trop...

NOTE : 6-7 / 20

La critique des internautes
 

 

NOTE : - /20

-