Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Peter Pan

Paul J. HOGAN
(15-16)

Voici, en tout cas un bel hommage au livre originel ; sans lourdes impasses. Le thème du passage à l'âge adulte imprègne encore plus cette version et traverse presque tous les personnages (Cf. les rêves perdus du père, la féminité naissante de la jeune fille pré-ado, Peter Pan et les enfants, bien sûr...). On retrouve toujours cette belle histoire d'amour (teintée de violente jalousie, réprésentation de l'âge adulte...), en plus intense... presque troublante. De plus le film est visuellement soigné et le résultat sublime ; aidé par de fascinantes images de synthèse, extrêmement bien intégrées : le pays imaginaire prend les teintes dorées, pastels et "toc" de l'enfance, les toits de Londres effacent ceux qui nous avaient enchantés dans Mary poppins. Le film se permet même une véritable violence -parfois inhérente à l'enfance (voir leurs dialogues) où à la jalousie- mais sublimé par le Capitaine Crochet : celui-ci se permet de tuer dans un film pour gamin ; osé. Hogan, s'il n'est pas encore une référence dans le monde de la réalisation, énergise à merveille son film. Le Peter Pan, à ce jour, le plus touchant et le plus cruel ; un bon complément à la version de Disney.