Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Looper
Détails du film sur InCiné

Rian JOHNSON
(15-16)

Dans le futur les voyages temporels auront été inventés mais seront prohibés... pourtant certaines organisations criminelles les emploieront pour se débarasser des corps de leurs victimes. Mais ça, c'est demain. Visuellement on pourrait croire que l'auteur, du haut de son trop modeste budget, ne fait aucun effort : en fait il nous livre un futur immédiat, très proche de notre réalité, post-crise, crade, pauvre et kamé. Le scénario possède cet avantage d'être extrêmement original et de nous intriguer dès les premières images : entre série B à l'idée fumeuse et film d'auteur à l'histoire ambitieuse ? Et bien nous ne seront pas au bout de nos surprises puisque l'oeuvre s'avère être un mixe bienheureux et parfait entre les deux, un film à la fois maitrisé et bluffant qui fait d'un sujet secondaire l'un des sujets principaux du film au travers d'un scénario jouant à merveille des paradoxes temporels et des futurs alternatifs façon "Terminator". Une oeuvre complexe mais jamais compliqué, sineuse et toujours plus fascinante à mesure que l'histoire se trame, qui pose des questions en première partie pour mieux nous prendre à son jeu, osant même développer une intrigue salivante dans sa seconde moitié ainsi qu'un côté émotionnel essentiel. Un film brillant à tout point de vue : la diversité des personnages, l'agencement de l'histoire, la réalisation censée, significative et relativement discrète pour ne pas dire fine, un J. G. Levitt bluffant dans son rôle de jeune "Bruce" et un B. Willis au rôle exceptionnel, joliment ambigu et touchant. Looper n'est pas un film hollywoodien commun, sa scénarisation est atypique, au-delà de son originalité première, c'est une oeuvre ambitieuse et d'une logique implacable.

 

La critique des internautes