Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Lego Batman : Le film
Chris MCKAY
Budget = 80 M$
BOX OFFICE France = 1 809 / 74 867 - 346 000 - (854 000) entrées
BOX OFFICE USA = 53,0 / (175,8) M$
BOX OFFICE Monde = (314,0) M$
 

Exactement ce qu'il manquait au "Lego movie" originel. Parodie, vous avez dit parodie ? Oui : cette plongée dans un univers plus adulte, à la fois thématique et cinématographique, qui élève le film une brique au-dessus des aventures précédentes, fait un bien fou. Un recul salvateur. Cependant le film n'est pas exempte de défauts, son principal étant cette première scène qui nous laisse espérer un combat aussi homérique que fantasmé entre l'homme chauve-souris et tous les méchants de son noir univers ; peine perdu, le scénario n'aura d'yeux que pour le Joker, les autres membres n'étant que des faire-valoir. Dommage. Mais les qualités du film sont toutes ailleurs et bel et bien présentes : une véritable analyse du genre, par le biais de la comédie, d'un décorticage en règle et totalement jubilatoire de nos films de super-héros classiques. Trop classiques. Tous les tics, pour ne pas dire certains défauts inhérents au genre, sont passés à la moulinette, avec un vrai recul, chaque détails aura droit à son petit clin d'oeil savoureux et rigoureux, qu'il soit technique (le générique, le son...), diégétique (belle façon de démonter ce type de film afin de voir comment il tient debout) ou scénaristique (la trame, ses personnages, leurs liens...etc). De plus le film reprend habillement le personnage prétentieux, odieux, noir et trop solitaire du 1er opus pour le développer à loisir, toujours avec cet amour sous-jacent pour la saga. Alors émerge une scène emblématique entre le Joker et Batman, tournée sur le ton d'une déclaration d'amour impossible qui va s'avèrer être la pierre angulaire de l'oeuvre. Même si, lorsqu'il se lance dans un humour plus léger le film régresse, même si le rythme humoristique peut ralentir, parfois, même si le final devient une overdose -excitante s'il en est- de bad guys et s'achève sur du grand n'importe quoi, il n'en reste pas moins un film intelligent et un pétillant spectacle, délivrant une formidable dose d'énergie communicative, de fraîcheur, dans le respect, avec un visuel léché (le manoir est à tomber). Et l'intrigue se fond parfaitement avec le scrutage en règle des personnages : le super-héros qui n'existerait pas sans le super-méchant, Batman et son côté très ambigü et sombre, le Joker et ce besoin d'exister. Excellent.

NOTE : 13-14 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : - / 20

-