Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Her
Détails du film sur InCiné

Spike JONZE
(15-16)

La société de demain (d'aujourd'hui ?) et le repli extrême sur soi-même via la technologie, repli sécuritaire qui nous permet de "maîtriser" notre interlocuteur sans s'encombrer des complexités de l'espèce humaine ; en particulier de l'amour ? Ce film est un genre d'extension de la réalité actuelle, ce quotidien où l'on trouve l'âme soeur sur le web, où l'on se parle et se dit "je t'aime" en SMS, où l'on fait l'amour virtuellement, par webcam... Les accrocs aux nouvelles technologies que nous sommes, complètement addicted, ne seraient qu'une espèce d'homo ordinatorus en train de faire de nos machines des êtres à part entière, près à être aimer ; et après ? Et après il y a "Her". Un programme qui évolue de façon totalement autonome, sans la patte humaine. Jonze nous offre un film langoureux comme une histoire d'amour, pas toujours très délicat et d'autant plus touchant, proche de nous et loin des canons hollywoodiens, il explore l'homme de fond en comble par le biais d'une confidente chaude / froide et un véritable regard d'artiste ; superbes images, magnifiques dialogues à fleur de peau et musique adéquate. C'est une oeuvre très profonde sur une machine découvrant l'humanité alors que l'humain se déshumanise, un film en profondeur comme jamais il n'avait été fait, comme jamais on n'avait encore pu ressentir cette troublante transformation qui perturbe nos propres sens et nous met en émoi. Très sensuel, incroyablement moderne dans son approche et d'une justesse rare. Une riche analyse de l'état amoureux, une approche tant humaine que socio-culturelle qui permet aux sentiments de transpirer depuis l'écran jusqu'en nous et de nous délivrer une vision extraordinaire de l'amour : ses différents stades, l'amour sans partage, la jalousie, le sexe, la rupture...) ; un amour sans chichi, passionnant et fascinant qui parlera à un moment ou à un autre à chacun d'entre nous. Le véritable amour peut même se passer de "corps", cette matière superflue (la femme subterfuge s'avérera inutile) que l'on élève au rang de "canon" et qui perturbe notre appréciation de l'autre : voici le message profond du film, dévoilant le véritable amour, loin de la simple et trompeuse beauté (Cf. la laideur accentuée des protagonistes), plus près du coeur. Un film qui part à la recherche de notre dernière part d'humanité...

La critique des internautes
 

 

NOTE : -/20

-

 

 

NOTE : -/20

-