Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Hellraiser 5 : Inferno

Scott DERRICKSON
(10-11)

Rien que cette idée de mettre des voix angéliques en fond musical dès le début m'incitait à penser que quelque chose de vraiment mauvais se cachait derrière tout ça... Et bien même pas ! Derrière l'éternel crime abominable et introductif se cache un flic qui a beaucoup de choses à se reprocher : véreux, camé, con et odieux envers ceux qu'il est censé aimer ; du pain béni pour nos cénobites. La réalisation soignée de Derrickson a toutefois du mal à dissimuler un scénario qui se précipite vers nos créatures de l'Enfer -fort réussies- et vers une enquête craspec mais d'une grande confusion. Globalement on reste dans un certain esprit "Hellraiser" (sang & douleur) mais ça manque de solidité (la voix off mal écrite, les visions hasardeuses...), de fluidité et de rigueur dans l'écriture, d'une noirceur plus évidente. Pourtant ce 5ème épisode ne ressemble pas aux direct-to-DVD que l'on est habitué à se farcir, grâce à la réalisation comme je l'ai dit, mais également grâce à une histoire qui nous sort des sentiers battus, d'une certaine routine (merci C. Barker), se contorsionne, certe, mais abouti de façon assez surprenante, trouvant des réponses là où on ne les attendait pas forcément. Nous sommes donc à moitié convaincus par cette histoire moralisante (les cénobites ne sont pas si mauvais : ils mettent le héros face à ses démons et font naître en lui une certaine forme de conscience... à leur manière, bien sûr) ; dommage que la fin trop alambiquée laisse un arrière-goût désagréable.