Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Dragons 3 : Le monde caché
Budget = 129 M$
BOX OFFICE France = 2 725 / 300 452 - 1 225 000 - (3 367 000) entrées
BOX OFFICE USA = 55,0 (57,5) / (160,8) M$
BOX OFFICE Monde = (519,8) M$
 

Je suis ressorti de la salle conquis par les images que je venais de voir : Dragons est une série exponentielle en terme de qualité même si, cependant, elle manque d'ambition scénaristiquement.
Difficile de ne pas être littéralement ébahi, happé devant cet admirable travail de réalisation, autant sur l'animation elle-même que sur le façonnement des personnages, des décors, ainsi que par cette mise en scène bluffante. Impossible de ne pas souligner les qualités physiologiques des protagonistes : du moindre mouvement de leur visage respectif jusqu'en une gestuelle à la précision détonnante ; l'utilisation évidente de la performance capture permet, derrière ces véritables bonnes bouilles de "dessin animé", de les rendre plus humains, plus proches encore de nous puisque transmettant leurs émotions. C'est un véritable travail d'orfèvres, de passionnés, que l'on retrouve dans le soin particulier apporté aux moindres décors, jusqu'aux arrières-plans qui ne sont jamais laissés à la discrétion des spectateurs. Visuellement ce troisième film est une pure merveille, un festival de texture et de mouvements. La neige, l'eau, la poussière, la pierre, les végétaux, les nuages, les matériaux ; tous sont plus beaux que nature. Et D. DeBlois maîtrise à la perfection son art : il est même rare aujourd'hui de voir autant de richesse dans la mise en scène d'un film animé : des travelings audacieux et significatifs, des plans séquences bien sentis, des mouvements de caméra ambitieux...etc. Les séquences de la parade amoureuse et celle du vol des dragons sont l'apogée de cet exercice : et chacune communiquent autant sur les personnages que sur le plaisir à filmer ; du bonheur cinématographique à l'état pur, sans un faux-pas technique.
C'est très simple : en sortant de la salle je suis tombé sur un extrait de Hôtel Transylvanie : et je vous garantis que ça pique les yeux !
Je ne pourrais cependant encenser de la même manière l'histoire : si l'humour très 1er degré du début n'est jamais encombrant, le scénario manque terriblement d'épaisseur, d'enjeu, de substance, à vouloir être trop limpide et quelque part un peu prétexte aux aventures qui suivront : la fuite tombe comme un couperet jamais évident, les recherches restent abstraites et d'intrigue il n'y a guère. Tout juste un bad guy de compétition, qui aurait pour le coup mérité un rôle à sa démesure, et des héros qui savent évoluer. De même, à la très belle fin qui se laisse entrevoir, répond une exigence hollywoodienne : dommage qu'ils n'aient pas su la tenir jusqu'au bout...
Derrière ce troisième tome se cache donc une merveille pour les yeux, joliment soulignée par une musique d'exception, lyrique, pleine d'emphase, et que je ne saurais manquer de me procurer très rapidement..

NOTE : 15-16 / 20

La critique des internautes
 

 


NOTE : -/20

-