Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Deadpool 2
Budget = 110 M$
BOX OFFICE France = 3 558 / 216 242 - 1 186 000 - (2 600 000) entrées
BOX OFFICE USA = 125,5 / (318,4) M$
BOX OFFICE Monde = (734,1) M$
 

Bien sûr, on pourrait avoir de vilains préjugés avant de pénétrer dans la salle : une séquelle, avec plus d'action, plus de gags, plus de super-héros, un bigger super-méchant et... deux fois plus de $$$ ? Mais le premier quart d'heure (et ce dès la 1ère image, qui ne cède en rien à la facilité) les balaie en un coup de vent et une déferlante de gags qui tiennent au corps et à l'esprit. Alors -et ce sera le second préjugé- le film peut-il vraiment maintenir ce rythme effréné et délirentiel durant 2 heures ?!? Après ces quelques considérations, mettons-nous d'accord tout de suite (même si la note ci-après me trahit grandement) : le film n'est pas exempt de défauts. De menus passages à "vide", plus pesants mais courts, une réalisation qui est parfois un peu à la traine sur son sujet, un scénario prétexte mais qui a le mérite de se tortiller dans tous les sens, de tenir la route au final et de saisir tout cette frénésie de gags parfaitement. Et puis Cable possède de beaux atouts dramatiques.
Pour le reste je suis absolument conquis, autant séduit - pour ne pas dire encore plus- qu'à la vision du premier opus. Tout d'abord parce que le film relève tous les challenges cités en début de critique : à savoir maintenir le taux de fraîcheur du projet à son plus haut niveau, quand d'autres suites égarent en route cette saveur ; et jouer avec cet incroyable espace de créativité qui était joyeusement énoncé par le premier tome. Ce sera donc une séquelle qui tombe dans la surenchère évidente et bienfaisante puisque le festival de gags fait pleinement mouche et que l'on sent que le budget qui leur est alloué permet à ses auteurs de se lâcher complètement et d'aller au bout de chacune de leurs idées. Et il est difficile de faire la fine bouche face à ces piques d'humour XXL qui devraient satisfaire tous les goûts : car nous sommes très souvent proche de la satire, avec d'un côté un coup de crayon bien noir et sans limite "morale", d'un autre une giclée définitivement et plaisamment gore, totalement cartonesque et donc en parfaite cohésion avec son sujet (merci la technologie) ; et au milieu de tous ça le même goût pour la parodie qui avait fait de Deadpool un projet tout autant réussi qu'original, une somptueuse façon de déconstruire le mythe trop sérieux du super-héros, le dépoussiérer intelligement à grand coup de clins d'oeil, de politiquement incorrect, d'auto-dérision et d'humour résolument décalé. Avec à la clé son lot de scènes anthologiques qui n'ont pas finit de tourner dans nos têtes : le désopilant premier quart d'heure, la 1ere mission hilarante de la X-Force ou encore l'attaque du convoi et sa révélation (The bad guy !). Et sans oublier des séquences post-génériques qui vous retournent la tête !!!
Un simple exemple de l'intelligence absolue -pour qui en douterait- de ce comic-man : l'adjonction à la X-Force d'une super-héroïne aussi déconcertante qu'ultime, aux pouvoirs absolus, qui renvoie tous ces héros et autres demi-dieux à leur pitotable destin, puisque l'on ne peut rien contre elle ; elle devient ainsi et en quelque sorte le miroir de leur puissance infaillible et par là même désastreuse, pour ne pas dire rebutante (même si celle-ci vacille dans les derniers films du MCU...).
Impossible pour ma part de résister à cette bonne dose de rire (pas que) gras qui match la majeure partie du temps : car preuve est faite ici que sortir une suite encore plus drôle, encore plus folle, encore plus libre que le film original est affaire de bonne volonté et de talent. Surtout le talent.

NOTE : 15-16 / 20

Voir : Deadpool & Les sagas Wolverine & X-men

Voir : Fiche "Super-héros"

La critique des internautes
 

Deadpool, nouvelle production Marvel qui nous introduit un nouveau personnage anti heros trash et vulgaire à souhait campé par le très convaincant Ryan Reynolds. La structure narrative d'ensemble reprend les mêmes caractéristiques des films Marvel à savoir une première partie nous dévoilant les origines de Deadpool (flashback très astucieux) son principal ennemi : Ajax campé par Ed Skrein et enfin une seconde partie qui verra un affrontement entre Deadpool et ses ennemis avec scènes stations et sanguinolantes à souhait. Trash ; vulgarité ; blagues potaches se succèdent non stop dans cette production et la galerie de personnages secondaires : Colossus ; Angel Dust s'incorporent bien dans le film. Cependant on ne comprend pas bien ce qui relie Deadpool aux autres personnages X-men et le côté obscène quasiment tout le film peut lasser. Anoter la très bonne bande son.


NOTE : 13/20

John