Editorial
Filmographies
Le coin fantastique
Mail
Liens

 

Carrie, la vengeance
Détails du film sur InCiné

Kimberly PEIRCE
(6-7)

Le reboot d'un excellent film, celui du duo De Palma / King, peut-il faire un excellent film ? Eternelle question... Sauf lorsqu'on reconnaît aisément les motivations bassement mercantiles des producteurs dans le nouveau film en question. On trouvera des différences d'adaptation par petites touches, de petits détails intéressants mais jamais bouleversants, des personnages secondaires qui pèsent leur poids, mais une vision beaucoup moins aboute techniquement et visuellement si ce n'est que le film montre vite qu'il va s'intéresser plus aux SPFX que son modèle. Les actrices choisit à contre-emploi sont parfaites dans leur rôle respectif. Mais je m'étais surpris à rêver d'une confrontation plus moderne entre les bigots et le monde moderne, surtout à l'heure actuelle où nombre d'américains remettent en cause la théorie de l'évolution darwinienne. Non : rien de fondamental, aucune lecture nouvelle du roman : on ne fait que transformer le génie d'une réalisation, qui nous faisait littéralement vivre cette oeuvre en profondeur, passionnément, en un film qui s'appuie trop sur ses FX, en tous les cas qui en oublie le reste puisque ces effets restent de bonnes facture. De ce fait il éloigne toute puissance dans son propos, celles des sentiments et celle de la rage, notamment la scène où Carrie se lève pour rejoindre le siège de la reine. On nous fait même croire que l'histoire abordera le thème de la rédemption, peut-être afin de transformer notre vision de la vengeance de Carrie : que nenni ! La blondasse n'est au final qu'un faire-valoir pour une hypothétique suite et ne sert en rien la thématique du film, et son boyfriend accepte un peu facilement de détruire sa réputation pour sauver les fesses de sa belle alors qu'il n'a rien à voir dans l'histoire. Finalement l'oeuvre est édulcorée, la méchanceté lissée, le final très lourd à digérer et la porte de sortie scénaristique trop béante ; voilà les réelles motivations des producteurs : créer une licence lucrative... Pour finir par une comparaison déraisonnable : écouter le film et vous n'entendrez jamais ne serait-ce que le 1000ème du génie de la bande originale de P. Donaggio, sans doute l'une des 10 plus belles compositions de l'histoire du cinéma. Un film qui sera apprécié par ceux qui n'ont pas grandi avec l'original...